Auteur Sujet: Tu l'as lu mon cul ?  (Lu 303188 fois)

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
je le mets à 8h00 : ça va « Réponse #960 le: février 24, 2011, 22:40:19 pm »
- Aki Ra & Akira Fukaya : Enfant soldat (2006), un bon manga historique sur le parcours d'un enfant cambodgien né en 1973 et qui prend de plein fouet le régime de Pol Pot puis l'occupation vietnamienne, le tout au nord ouest du pays (vers Siem Reap) dans une région infestée de mines



- Bounine : Les allées sombres (1943), premier livre que je lis de ce célèbre auteur russe or autant le style est là, assez fin et sensuel, autant toutes ces nouvelles sentent l'ellipse mal maîtrisée, la finition en eau de boudin involontaire et tout ça est donc pour le moins décevant...


En France, les chômeurs exploitent les patrons

Super Riton

  • Nyarlathotep Fongus
  • *
  • Messages: 1617
"Plouet Fraci" « Réponse #961 le: février 24, 2011, 23:17:27 pm »
je viens de finir La Tour de Babylone de Ted Chiang, un recueil de nouvelles SF franchement pas mal.



pour une bonne moitié les nouvelles se passent dans des mondes irréels (souvent inspirés de textes sacrés, y'a par exemple la tour de babel, le golem, les anges), et les conséquences logiques de ces postulats fantastiques sont extrapolées très logiquement.
Pour les autres c'est de la SF plus classique, avec des raisonnements très poussés sur les conséquences des avancées technologiques, qui pourrait rappeler Greg Egan (aka Dieu)


et après j'ai commencé Gatsby le magnifique de machin truc, je suis pas passionné, mais un gros avantage de ce livre étant qu'il est court je risque pas de m'emmerder trop longtemps.
hexakosioihexekontahexaphile

über allez là!

riz

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10231
"Plouet Fraci" « Réponse #962 le: février 25, 2011, 07:14:15 am »
vous conaissez certainement mais pour les amateurs de SF , y'a de chouettes chroniques sur http://www.cafardcosmique.com/

putain ça fait mille an que j'ai pas lu un bouquin ....  smiley10

djimboulélé

  • Chaugnar aspirator
  • *
  • Messages: 4615
"Plouet Fraci" « Réponse #963 le: février 25, 2011, 21:12:49 pm »
je finis "confession d'un barjo'' de K dick que j'avais commencé y a mille an déjà... déjà mille an.. bouh..

Staross

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3468
"Plouet Fraci" « Réponse #964 le: février 25, 2011, 22:19:58 pm »
Réveillé par un millier de rêves ?

L'est bien ? je l'ai jamais lu. J'ai lu "Glissement de temps sur mars" récemment après plusieurs années sans Dick, et c'était plutôt bon.

Super Riton

  • Nyarlathotep Fongus
  • *
  • Messages: 1617
"Plouet Fraci" « Réponse #965 le: février 26, 2011, 00:25:34 am »
Citation de: "riz"
vous conaissez certainement mais pour les amateurs de SF , y'a de chouettes chroniques sur http://www.cafardcosmique.com/

oui je le consulte tres souvent.. mais il va peut etre fermer...  smiley7


jamais lu confession d'un barjo, ça donne quoi?

glissement de temps sur mars est génial, (a enchainer avec le dieu venu du centaure pour faire bonne mesure)


tiens a propos, gondry serait en train de travailler sur une adaptation de Ubik!
je me demande ce que ça pourrait donner...
hexakosioihexekontahexaphile

über allez là!

djimboulélé

  • Chaugnar aspirator
  • *
  • Messages: 4615
"Plouet Fraci" « Réponse #966 le: février 26, 2011, 00:38:49 am »
moi j'l'aime bien, d'ailleurs j'vais aller en lire un bout...
c'est l'histoire d'une "famille", un couple, un beau frère, des voisins..... selon les chapitres la narration se passe pas toujours du même point de vue, c'est assez psychologique.
en  anglais, le titre c'est "Confessions of a crap artist"
c'est pas tout à fait la même chose que "barjo"...? :hummm:

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
groz patouz « Réponse #967 le: février 28, 2011, 12:00:02 pm »
Citation de: "Staross"
Réveillé par un millier de rêves ?

L'est bien ? je l'ai jamais lu. J'ai lu "Glissement de temps sur mars" récemment après plusieurs années sans Dick, et c'était plutôt bon.


Excellent celui-là en effet  smiley4 Et pour moi :

- Kaiji Kawaguchi : Zipang (vol.29), le volume de la super méga parallèle bataille des Mariannes où Japs et Ricains se foutent la taulée de leur vie, passionnant, dommage que ça se lise encore plus vite que les autres parce que c'est surtout du combat (mais quel pied !)



- Tomoko Ninomiya : Nodame cantabile (vol.12) (2005), un volume plein de confusion des sentiments, toujours sur fond de concours internationaux de musique classique avec des noms de footeux



- Tadashi Agi & Shu Okimoto : Les Gouttes de Dieu (vol. 16) (2008), toujours la même histoire, les héros s'enfilent du pif avec pas mal d'humour et de sentiments pour ce volume mais aussi toujours une certaine poésie à deux balles et les mêmes invraisemblances de Japonais du fin fond de la brousse qui se damneraient pour du riesling ou un val-de-loire...


En France, les chômeurs exploitent les patrons

bryanbeast

  • Yog-Sothoth Mucus
  • *
  • Messages: 2243
"Plouet Fraci" « Réponse #968 le: février 28, 2011, 12:24:17 pm »
metafukaz

J'avais feuilleté les tomes de la série officielle, ce volume est une sorte d'épisode parallèle. traits bien violent, en mode croquis, collage, photocop. vraiment beau.




le site du dessinateur
http://ulosbal.blogspot.com/

Kosmokrator

  • Soja Steack Antichrist
  • *
  • Messages: 161
"Plouet Fraci" « Réponse #969 le: février 28, 2011, 18:43:03 pm »


Citer
Gilles Hamesh est un pourri, un salopard de première, une ordure sans foi ni loi. Et il est détective privé. Plutôt doué dans son genre d'ailleurs. Logeant dans un bouge planté au beau milieu d'un quartier miteux, Gilles Hamesh est en première ligne pour mettre les mains dans les affaires aux relents nauséabonds.
Prostituées découpées en morceaux, travestis mis en pièces, curé pervers en mal d'affection, rien ne manque au tableau de chasse de ce limier tordu. Et de se frotter à de telles infamies n'est pas pour déplaire à Gilles Hamesh. Car en véritable obsédé de la dépravation la plus crasse, les dérives scatophiles et autres dérivés lui donne du baume au coeur à notre brave détective !

Entre polar glauque et brûlot provocateur, Jodorowsky et Durandur se campent ici en duo implacable. Pour tous ceux qui veulent renifler à plein nez les pires effluves de l'humanité, la lecture des aventures de Gilles Hamesh est vivement conseillé. Et pour les autres, et bien, c'est à vous de voir..


J'ai envie de dire que c'est un classique maintenant !
Complétement noir et décadent, avec une bonne touche surréaliste et une pointe de 'magie'.

ZAza

  • Vicomte des Abysses
  • *
  • Messages: 372
"Plouet Fraci" « Réponse #970 le: février 28, 2011, 21:52:20 pm »

Florent CHAVOUET "Manabé Shima"




Un magnifique carnet de voyage par Florent Chavouet après avoir passé 2 mois sur une des nombreuses petites îles nippones. Vraiment sympa, je l'ai tombé d'une traite.

baboost

  • Supersonic Guacamole
  • Chaugnar aspirator
  • *
  • Messages: 4472
"Plouet Fraci" « Réponse #971 le: février 28, 2011, 22:27:00 pm »
Citation de: "bryanbeast"
metafukaz


Faut que je le pécho, j'aime bien mutafukaz

RUN a lancé une nouvelle série inspirée des BD ricaines des années 50, le premier volet est graphiquement plutôt bon et les 3 histoires sont sympas.

On ne dit pas "c'est de la merde" mais "je n'aime pas", sauf quand c'est vraiment de la merde

weroz

  • Outcast Smegma
  • Dagon Morvus
  • *
  • Messages: 2816
"Plouet Fraci" « Réponse #972 le: mars 02, 2011, 07:47:02 am »
Un classique toujours plus actuel

Aldous Huxley
Brave New World

(Le meilleur des mondes)
1932

extraits audio:

http://www.dailymotion.com/video/xh6wdc_le-meilleur-des-mondes-de-aldous-huxley_news

vous trouverez le pdf sur le net sans trop de souci



Aldous Leonard Huxley est un écrivain britannique, né le 26 juillet 1894 à Godalming (Royaume-Uni) et mort le 22 novembre 1963 à Los Angeles (États-Unis), plus particulièrement connu du grand public pour son roman Le Meilleur des mondes.
Connu comme romancier et essayiste, il a aussi écrit quelques nouvelles, de la poésie, des récits de voyage et des scénarios de film. Dans ses romans et ses essais, Huxley se pose en observateur critique des usages, des normes sociales et des idéaux et se préoccupe des applications potentiellement nuisibles à l'humanité du progrès scientifique.Dans certains milieux, Huxley était considéré à la fin de sa vie comme l'un des phares de la pensée contemporaine. Le courant de pensée dit du « New Age » se réfère fréquemment à ses écrits mystiques et d'étude des hallucinogènes.


L'histoire débute à Londres, en l'an 632 de Notre Ford. Dans le monde décrit par l'auteur, l'immense majorité des êtres humains vit au sein de l'État Mondial – seul un nombre limité de sauvages est regroupé dans des réserves. Bien que l'enseignement de l'Histoire soit jugée parfaitement inutile dans ce monde, on apprend néanmoins que les sociétés anciennes ont été détruites par un conflit généralisé connu sous le nom de « Guerre de Neuf Ans ».

Dans cette société, la reproduction sexuée telle qu'on la conçoit a totalement disparu ; les êtres humains sont tous créés en laboratoire, les fœtus y évoluent dans des flacons, et sont conditionnés durant leur enfance. Les traitements que subissent les embryons au cours de leur développement déterminent leur future position dans la hiérarchie sociale (par exemple : les embryons des castes inférieures reçoivent une dose d'alcool qui entrave leur développement, les réduisant à la taille d'avortons). Cette technique permet de résoudre les problèmes liés aux marchés du travail en produisant un nombre précis de personnes pour chaque fonction de la société. Ces nombres sont déterminés par le service de prédestination.

Une fois enfants, les jeunes humains reçoivent un enseignement hypnopédique qui les conditionne parfaitement durant leur sommeil. Les castes supérieures apprennent ainsi à mépriser sans remords les castes inférieures, et ces dernières apprennent à admirer l'élite de la société.

Cette société rend tabou le sujet de la viviparité : l'allusion à la maternité, à la famille ou encore au mariage font rougir de honte aussi bien les jeunes que les adultes. La sexualité y apparaît comme un simple loisir : chaque individu possède simultanément plusieurs partenaires sexuels (entre deux et six par semaine), et la durée de chaque relation est extrêmement limitée (quelques semaines seulement). Les femmes utilisent de nombreux moyens de contraception, appelés « exercices malthusiens », afin de contourner tout risque de reproduction qui échapperait au conditionnement réglementaire.

Chacun des membres de la société est conditionné pour être un bon consommateur et est obligé de participer à la vie sociale. La solitude est une attitude suspecte.

Tout le monde dans l'État mondial utilise du « Soma ». Le Soma est une substance apparemment sans danger qui peut, à forte dose, plonger celui qui en prend dans un sommeil paradisiaque. Le Soma n'a aucun des inconvénients des drogues que nous connaissons aujourd'hui. Il se consomme sous forme de comprimés distribués au travail en fin de journée. Cette substance est le secret de la cohésion de cette société : grâce à elle, chaque élément de la société est heureux et ne revendique rien. Les individus de toutes les castes se satisfont de leur statut par le double usage du conditionnement hypnopédique et du Soma.

Sur le plan religieux, le régime est théocratique. Cela dit, les notions de religion et de théocratie y sont inexistantes et il en va de même pour toutes les autres notions associées à la religion, sauf l'hérésie, qui peut être punie de déportation, et le sacrilège.
You are identified
You are alone
You forgive
You forget

You tube
You noise

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
crocghou crocghou « Réponse #973 le: mars 04, 2011, 01:22:57 am »
- Chabouté : Zoé ; Sorcières ; Pleine Lune ; La bête (1998/2000), quatre histoires souvent sordides et qui frisent le fantastique. Malgré un bon trait graphique qui fait songer aux années 70-80, seul Pleine Lune tient la route, narrant le parcours d'un employé de sécu infect dont la soirée ne se passe pas comme prévu. Les autres pèchent surtout par leur fin ratée ou faiblarde.



- Laurent Ex Laurent : La véritable histoire de Beethoven (2010), un chouette récit sous forme de roman-photo-BD très bien monté, qui raconte l'histoire des Ludwig de leur début à la fin des années 80.

En France, les chômeurs exploitent les patrons

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
crizoulouk « Réponse #974 le: mars 16, 2011, 11:57:44 am »
- Will Eisner : L'appel de l'espace (1983), toujours le meilleur de la BD avec Eisner, cette fois-ci sur fond de course à la vie sur une autre planète, avec des assassinats et des timbrés puissants comme s'il en pleuvait



- Roger Dupuy : La politique du peuple (2002), un essai qui tente de prouver l'existence d'une "politique du peuple" en France, qui serait antérieure et différente de celle issue de la politisation officielle des masses à partir de la Révolution. Si le début est assez éblouissant (avec un passage en revue historiographique très fourni), ça commence à tanguer pendant la Révolution pour devenir brouillon par la suite avec un engluement et un emberlificotement conceptuels malheureux...



- Michaël Sanlaville et Eric Borg : Rocher Rouge (2009), une BD française sur des ados friqués qui viennent se la couler belle quelques jours sur une île déserte où deux cent cinquante ans avant une sorte de yéti bouffait les gens tout crus. Evidemment, rapidement, les vacances tournent au cauchemar et le lecteur reste sur sa faim, bédé française oblige, car, si la peinture des héros un peu concons est crédible et le dessin correct, toute la partie horrifique ne tient pas du tout la route, est bâclée voire ridicule. On est loin de la BD américaine ou japonaise...


En France, les chômeurs exploitent les patrons