Auteur Sujet: Tu l'as lu mon cul ?  (Lu 275569 fois)

gorellaume

  • Dagon Morvus
  • *
  • Messages: 2854
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1095 le: janvier 08, 2014, 19:47:39 pm »
ca a l'air classe tout ca

Ludmila de Hazebrouck

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3359
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1096 le: janvier 29, 2014, 17:14:15 pm »
En ce moment je suis assez friand de robinsonades et autres bouquin post apo.




Malevil - Robert Merle

À la suite d'une explosion, sans doute nucléaire, qui a selon toute vraisemblance ravagé la Terre entière, Emmanuel Comte et ses six compagnons (La Menou, Momo, Peyssou, Meyssonnier, Colin et Thomas) font du château de Malevil, dont la profonde cave leur a permis de survivre, la base de départ de leurs efforts de reconstruction de la civilisation, qui passera également par l'affrontement avec d'autres groupes de survivants, que ce soient des bandes errantes ou des groupes structurés nomades ou sédentaires.

Du post apocalyptique à la française , un classique apparemment, vraiment classe, c'est pas particulièrement sombre et la catastrophe du départ est avant tout un prétexte pour aborder des thêmes politiques  (place de la femme, science, religion, ... ) Une adaptation ciné existe mais n'est pas du tout fidèle au livre.



Le Mur Invisible - Marlène Haushofner

Après une catastrophe planétaire, l'héroïne se retrouve seule dans un chalet en pleine forêt autrichienne, séparée du reste du monde par un mur invisible au-delà duquel toute vie semble s'être pétrifiée durant la nuit. Tel un moderne Robinson, elle organise sa survie en compagnie de quelques animaux familiers, prend en main son destin dans un combat quotidien contre la forêt, les intempéries et la maladie. Et ce qui aurait pu être un simple exercice de style sur un thème à la mode prend dès lors la dimension d'une aventure bouleversante où le labeur, la solitude et la peur constituent les conditions de l'expérience humaine.

Du post apocalyptique à l'autrichienne , un classique apparemment, vraiment classe, c'est pas particulièrement sombre et la catastrophe du départ est avant tout un prétexte pour aborder des thêmes sociaux  (rapport homme / nature, solitude, isolument, ... ) Une adaptation ciné existe mais je l'ai pas encore vu. C'est vraiment une expérience de lecture assez particulière , on reste scotché alors qu'il ne se passe vraiment pas grand chose.


Dans le même genre , je vais essayer de me chopper Cygnis de Vincent Gessler.

malevil j'avais vu le film avec dutronc  caca_pirouette

>>> merci pour l'autre ref, je vais m'en encquérir sur le champ  smiley14

Carla Hoke

  • Vortex Chorizo
  • *
  • Messages: 72
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1097 le: février 04, 2014, 14:49:28 pm »
 Les paradis fiscaux. Enquête sur les ravages de la finance néolibérale, par Nicholas Shaxson



je l'ai fini
on est mal barré.

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
les boulangers la nuit devant leur pétrin « Réponse #1098 le: février 05, 2014, 18:24:18 pm »
quand on voit l'envers du décor, ça file toujours le bourdon  smiley17 Sinon pour mézigue :

- Jonathan Carroll : L'enfant arc-en-ciel (1989), un roman fantastique assez labyrinthique où un réalisateur de cinéma célèbre, après le décès de son meilleur pote, reçoit des cassettes vidéo étranges et la visite d'un être surnaturel, le tout en étant entouré de cancéreux. L'intrigue est prometteuse mais c'est malheureusement un vrai ballon de baudruche dégonflé qu'on obtient au final...



- Kei Tôme : Sing yesterday for me (2002 / 2007) (vol. 1 à 5), un dessin triste pour ce mélo sur de jeunes salariés nippons, pas inintéressant au demeurant



- Kate Chopin : La cigarette égyptienne (1888 / 1900), des nouvelles qui se passent dans le milieu du Mississippi et notamment dans les milieux francophones, souvent décevantes par leurs fins mais certaines sont pas mal quand même, le style étant agréable tout du long



- Kenji Kawaguchi : Spirit of the sun (vol. 1 à 4), ce récit apocalyptique des années 2010 sombre, plus que dans l'océan, dans la mièvrerie, très étonnant de la part de l'auteur de Zipang...



- Armand Salacrou : Histoire de rire (1939), un vaudeville médiocre et désuet

En France, les chômeurs exploitent les patrons

makam

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3441
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1099 le: février 06, 2014, 20:00:17 pm »
Je suis dans le Houellebecq "la carte et le territoire" surprenant il s accapare comme toujours le monde les people et lesmarques pour en faire sa sauce. Pleins de réflexions intéressantes sur les marques le besoin de consommer la solitude les amours... il en devient même un de ses personnages.
"Vous connaissez James Brown, moi c'est l'contraire, je suis blanc et je suis pas fier" Programme

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
ouich ! ouich ! « Réponse #1100 le: février 16, 2014, 18:14:13 pm »
- Adolfo Bioy Casares : L'invention de Morel (1940), classique du fantastique, c'est vraiment très réussi avec une atmosphère de folie insulaire et oppressante



- Sôichi Moto et Naoki Hyakuta : Zéro pour l'éternité (t. 1 et 2) (2010), une histoire très prenante sur de jeunes adultes qui recherchent le passé de leur grand-père mort en kamikaze en 1945, à la fin de la guerre



- Jacques Bonnet : Des bibliothèques pleines de fantômes (2008), un ouvrage sur la bibliomanie, qui est la passion de collectionner les livres dans sa bibliothèque mais pas pour leur rareté (inversement à ce que fait le bibliophile). L'auteur a 40 000 bouquins chez lui et explique comment ç'a modifié en partie sa vie. Toutefois, il n'arrive pas à décoller de son cas personnel et le livre se perd dans des énumérations et du remplissage sans trop de rapport avec le sujet. Décevant .



- Dino Buzzati : Le Désert des Tartares (1940), excellent roman sur l'armée et le temps qui passe



- Heinrich Böll : L'honneur perdu de Katharina Blum (1974), un bouquin assez court (quoi qu'il ne se lise pas si facilement que ça) qui raconte l'histoire d'une femme de ménage qui tue un journaliste inquisiteur sur fond des années de plomb en RFA. C'est écrit de manière la plus objective qui soit, ce qui est souvent dérangeant, comme si on voyait les protagonistes à la lumière d'un microscope. C'est néanmoins une réussite totale, tant dans la peinture de l'époque que par son approche .

En France, les chômeurs exploitent les patrons

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
fado, cocu, racket « Réponse #1101 le: mars 04, 2014, 19:49:48 pm »
Jean Amila : Le Boucher des Hurlus (1982), excellent roman poilant baigné de noirceur. Ça raconte l'épopée d'orphelins de guerre fils des fusillés pour l'exemple de 17 qui décident de faire la peau au général qui a estourbi le daron de l'un d'entre eux, le tout sur fond de grippe espagnole. Génial !

En France, les chômeurs exploitent les patrons

riz

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10231
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1102 le: mars 04, 2014, 20:44:53 pm »
Le pitch est tentant , je vais tenter de le chopper

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
du potage s'appeloit de la jaffe « Réponse #1103 le: mars 22, 2014, 13:13:42 pm »
Fonce, tu ne le regretteras pas !   smiley26 smiley26 smiley26 Et sinon pour moi :

- Tetsuya Chiba & Asao Takamori : Ashita no Joe  (vol. 1 à 6) (1969 / 1970), ce manga de boxe violent est de plus en plus noir, quelle maîtrise dramatique, ce chef-d'oeuvre n'hésite devant rien



- Donald Westlake : 361 (1962), un de ses premiers polars, assez dur et concis mais, même si on suit agréablement le personnage principal, loin d'être une réussite par rapport à ce que l'auteur fit par la suite



Citation de: JM Charcot
deux livres de front

Primo Levi - Si c'est un homme



et

Fabrice Nicolino -  Bidoche


c bien ou quoi ? Pas trop grore ?  smiley16

J'ai lu à mon tour ce classique de la littérature concentrationnaire, c'est éprouvant même quand on pense avoir déjà parcouru le sujet (de fait sans fond)
En France, les chômeurs exploitent les patrons

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
Un commerce au même titre que d'autres commerces « Réponse #1104 le: avril 16, 2014, 09:52:34 am »
- Takehiko Inoue : Real (vol. 7 à 12) (2007 / 2012), ça progresse dans la compétition de basket en fauteuil et dans la rééducation, avec des hauts et des bas, quelle classe !



- Tetsuya Chiba & Asao Takamori : Ashita no Joe  (vol. 7 à 10) (1970-1972), impressionnant, Joe Yabuki traverse toutes les épreuves de l'enfer de la boxe, jamais satisfait, quelle épopée géniale ! 



- Kaiji Kawaguchi : Zipang (vol.37 et 38) (2008), suspens énorme qui culmine et canardages dans tous les coins, quel chef d'oeuvre !



- Mitsuru Adachi : Q & A  (vol. 1 et 2) (2009), une des dernières séries du roi de la batte, là on est plus dans la course à pied, toujours avec des morts dans la famille et un style graphique du quotidien sensationnel



- Rumiko Takahashi : La tragédie de P (1987 / 1993), des nouvelles très réussies et toujours assez fines et foutraques


En France, les chômeurs exploitent les patrons

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
marabout culture surprise « Réponse #1105 le: juillet 06, 2014, 14:23:06 pm »
Citation de: cindy cenobyte

Sinon j' ai lu Purulence de Amoreena Winkler.
Un écrit autobiographique sur sa vie dans la secte dite "the international family" ou plus anciennement "the children of god".
C' est une secte pédophile et proxénète qui prostitue les femmes pour gagner de l' argent. C' est donc le récit d' une vie d' enfant qui ferait passer un bizutage qui durerait un demi siècle chez les légionnaires pour un gouter d' anniversaire (je ne pense même pas éxagérer). C' est excellemment écrit et d' une précision glaciale.


j'ai fini de le lire il y a quelques jours, c'est très très fort et remue bien les viscères et toute la crasse de l'humanité ! :smiley52:  :smiley37:

Je viens de le finir, quelle claque, c'est abominable !  smiley17 smiley17 :zomboz: :smiley38: :smiley37: :nanto: Merci du conseil, je vais voir s'il y a la suite vu qu'elle l'indique à la fin de son bouquin. Apparemment, oui, ça s'appelle Fille de chair et c'est sorti cette année  smiley24


Amoreena Winkler sur son livre Purulence (ego comme x)
En France, les chômeurs exploitent les patrons

riz

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10231
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1106 le: juillet 22, 2014, 14:16:09 pm »
J'ai lu "Le Boucher des Hurlus" c'était 'achement bien.  smiley22

Sinon en vrac :


Je me méfiais un peu me disant que le bouquin surfait sur la vague des pavés pseudo historico-scientifique à la Ken Follett.
Le livre fait la biographie très, (trop ?) romancé de Copernic, Brahé, Kepler et Newton. La partie sur Kepler m'a passionné (ne connaissant rien du zigue, j'ai appris que c'était vraiment lui le King de l'astronomie) pour le reste y'a à boire et à manger. On retiendra quand même que Newton était un gros connard.


Un père dépressif décide d'aller sur une île déserte durant une année avec son fils de 12 ans. La robinsonnade se transforme en cauchemar (climat exécrable, mauvaise préparation, papa fol'dingo et pire encore).
C'est noir, éprouvant, assez crade par moment et vraiment scotchant, j'ai vraiment aimé.


Un prermier roman se situant en Roumanie pendant la fin de l'ère Caucescu mélant superstitions locales et enquête policière, prétextes pour decrir l'absurdité du régime politique en place et le rapport des moldaves avec l'orthodoxie. C'est rapide à lire mais assez riche et bien écrit , i recommand itou.



De la Fantasy française , bien rythmé même si ça s'étire un peu en longueur sur la fin. C'est pas neuneu (dragon, princesse) et Peru crée un monde plutôt original. On est loin de la qualité d'écriture d'un Jaworsky mais c'est presque aussi prenant.

Sinon j'ai essayé de lire "Le Dieu du Centaure" de K Dick mais j'ai abandonné , ça m'a gavé.

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1107 le: septembre 27, 2014, 12:50:58 pm »
Citation de: cindy cenobyte

Sinon j' ai lu Purulence de Amoreena Winkler.
Un écrit autobiographique sur sa vie dans la secte dite "the international family" ou plus anciennement "the children of god".
C' est une secte pédophile et proxénète qui prostitue les femmes pour gagner de l' argent. C' est donc le récit d' une vie d' enfant qui ferait passer un bizutage qui durerait un demi siècle chez les légionnaires pour un gouter d' anniversaire (je ne pense même pas éxagérer). C' est excellemment écrit et d' une précision glaciale.


j'ai fini de le lire il y a quelques jours, c'est très très fort et remue bien les viscères et toute la crasse de l'humanité ! :smiley52:  :smiley37:

Je viens de le finir, quelle claque, c'est abominable !  smiley17 smiley17 :zomboz: :smiley38: :smiley37: :nanto: Merci du conseil, je vais voir s'il y a la suite vu qu'elle l'indique à la fin de son bouquin. Apparemment, oui, ça s'appelle Fille de chair et c'est sorti cette année  smiley24


Amoreena Winkler sur son livre Purulence (ego comme x)

Fille de chair est tout aussi effrayant même si c'est plus disert du fait qu'on est dans la tête d'une ado et non plus d'une enfant... Une plongée dans le monde sectaire vraiment glaçante.


En France, les chômeurs exploitent les patrons

funge

  • Human Pâté
  • *
  • Messages: 119
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1108 le: décembre 17, 2014, 10:42:25 am »
t'as du spam collé au derrière je crois

funge

  • Human Pâté
  • *
  • Messages: 119
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1109 le: décembre 18, 2014, 11:51:56 am »