Auteur Sujet: La Grosse Revue : troisième phase de la souscription  (Lu 1171 fois)

konsstrukt

  • Vicomte des Abysses
  • *
  • Messages: 476
La Grosse Revue : troisième phase de la souscription « le: novembre 10, 2013, 18:16:03 pm »
(TEXTE A FAIRE TOURNER SANS MODERATION !)



La Grosse Revue continue d'avoir besoin de vous !


Les auteurs de La Grosse Revue s'adressent aux lecteurs. Les auteurs de La Grosse Revue s'adressent à tous ceux qui savent lire. Ils s'adressent à tous ceux qui ont l'âge et la capacité physique d'acheter un livre, de l'emprunter, de le voler. Les auteurs de La Grosse Revue s'adressent à tous les humains, à leurs semblables, à leurs collègues, aux écrivains morts ou vivants, aux futurs écrivains. A leurs enfants qui ne savent pas lire. A leurs parents. Aux adolescents, aux vieilles, aux gens qui prennent le train, aux gens qui sautent par la fenêtre, aux flics, aux dingues, aux clochards, aux putes, aux employés de banque, aux taulards, aux collégiens, aux filles qui avortent, aux filles qui tombent amoureuses, aux filles qui travaillent, aux filles qui ne travaillent pas. Nous nous adressons aux bourges, aux étudiants en droit, aux étudiants en lettres, aux plombiers, aux pétasses, aux cons, aux idiots, aux largués, aux bricoleurs, à Bernard Montiel, à Jean d'Ormesson, à la fille qui dessine dans la chambre d'à-côté. Nous écrivons pour tout le monde. Nous écrivons pour les philosophes, les punks, le maire, les flics, nous écrivons pour les boulangères, pour les boulangers, pour les infirmières, les malades, les morts, les croque-morts, les croquemitaines, nous écrivons pour les perruches et pour les chauves, pour BHL, pour Houellebecq, pour Alexandre Jardin. Les auteurs de La Grosse Revue s'adressent à Simone, à Josiane, à Albert, à Jean-Louis, aux violeurs, aux violents, aux braqueurs. Les auteurs de La Grosse Revue s'adressent aux pédophiles, aux bourreaux, aux victimes, aux témoins, aux lapins dans leurs terriers et aux autruches dans leurs trous, aux moutons, aux mangeurs de légumes et aux mangeurs d'enfants, aux altermondialistes et aux anthropophages. La Grosse Revue n'est pas une bouteille lancée à la mer, n'est pas un antidépresseur, n'est pas une distraction. La Grosse Revue s'adresse aux gens qui lisent des bouquins, à la France qui se lève tôt, à la France qui se lève tard, à la France qui se lève pas, à la France qu'aime lire, à la France qu'aime pas lire.



La Grosse Revue, après l'Angoisse, est le nouveau projet de revue littéraire et artistique de Christophe Siébert (écrivain (La Musardine, Rivière Blanche, etc.) et fondateur du collectif konsstrukt).

L'Angoisse, c'était, dans sa première version, 8 numéros disponibles gratuitement au format PDF, qui ont chacun été téléchargés à plus de 1000 exemplaires. Dans sa deuxième version, c'était 4 numéros payants et diffusés au format papier, qui ont chacun été achetés à plus de 150 exemplaires (dont une vingtaine d'abonnés).

L'Angoisse se voulait, et a été, un support de diffusion et un tremplin pour des romanciers, des nouvellistes, des poètes, des auteurs totalement inclassable, des dessinateurs, des photographes, des peintres, peu ou mal connus et de grand talent.

Parmi la centaine de personnes qui a collaboré aux deux versions de L'Angoisse, il y a Nicolas Albert G., Boris Crack, Marlène Tissot, Yannick Torlini, Paul Sunderland, Laura Vazquez, Mathias Richard, Marianne Desroziers, Thierry Radière, Lilas Malan, Al Denton, Perrine le Querrec, Laure Chiaradia, Jacques Cauda ; L'Angoisse a aussi publié le travail d'artistes plus reconnus comme Anne Van Der Linden, Olivier Allemane, Jean-Louis Costes, Mattt Konture, Benjamin Monti, Marc Brunier-Mestas.

La Grosse Revue sera un moyen de poursuivre ce travail de découverte en lui donnant une plus grande ampleur. L'Angoisse était un fanzine photocopié et agrafé, La Grosse Revue sera imprimée professionnellement et aura une reliure collée ; L'Angoisse comptait 76 pages (au format A5), La Grosse Revue, au même format, en comptera 740. De parution annuelle (premier numéro prévu au printemps 2014), elle coûtera 15 euros et les bénéfices réalisés permettront, outre de fabriquer un deuxième numéro, de PAYER LES AUTEURS. J'insiste là-dessus parce que, les auteurs le savent bien : les ouvrages collectifs ne donnent jamais lieu à rémunération, et il est de règle commune, pour les écrivains, pour les artistes, de s'asseoir sur ses droits d'auteurs sitôt qu'on participe à un projet collectif. La Grosse Revue entend bien changer ça et payer ses auteurs.



Mais tout ça a un coût. Fabriquer les 250 exemplaires du premier tirage demande d'investir 2000 euros. C'est là que vous intervenez, en souscrivant à ce projet via le site Kisskissbankbank. Vous pouvez verser des sommes allant de 5 à 300 euros, en échange de quoi des contreparties plus ou moins importantes vous sont promises. Quand la somme totale nécessaire sera atteinte (2000 euros, donc), vous recevrez vos contreparties et le projet se mettra en route ; si elle ne l'était pas, vous seriez remboursés.

Plus de 40 souscripteurs ont choisi de soutenir La Grosse Revue, en versant plus de 1200 euros au total. Un grand merci à eux. Il faut continuer. Nous avons à l'heure où je rédige ce texte récolté plus de 60% des fonds nécessaires. Nous avons jusqu'au 20 décembre pour récolter l'argent qui nous manque encore.

Ne faiblissons pas ! Soutenez La Grosse Revue ! Participez à son financement et parlez-en autour de vous !

A un moment où, en France, la création littéraire et plastique, la vraie je veux dire, celle qui fait preuve d'intransigeance, de radicalité, d’exigence, d'indépendance d'esprit, celle qui veut exister hors de l'académisme, hors de la fausse avant-garde subventionnée, hors des sentiers battus, celle-là, coincée entre les gros éditeurs qui s'en foutent et les petits qui peinent à rencontrer leurs lecteurs, celle-là dispose de moins en moins de place pour exister et La Grosse Revue, à cette création-là, à cet underground qui ne devrait pas l'être, propose 740 pages annuelles et 250 lecteurs pour commencer, puis 500, puis 1000, c'est pourquoi il est important, si vous aimez la littérature, si vous aimez l'art, si vous aimez la nouveauté et la surprise, d'aider La Grosse Revue à voir le jour.

http://www.kisskissbankbank.com/la-grosse-revue

Merci.

konsstrukt

  • Vicomte des Abysses
  • *
  • Messages: 476
Re : La Grosse Revue : troisième phase de la souscription « Réponse #1 le: novembre 24, 2013, 21:04:15 pm »
http://www.kisskissbankbank.com/la-grosse-revue

Il ne manque plus que 300 euros et c'est gagné !

Au premier qui file 300 balles, j'offre... qu'est-ce que je pourrais offrir ? Allez, je sais : le manuscrit original d'un des romans que je suis en train d'écrire, à choisir parmi Ramasse, Rien à foutre, Zone d'ombre, Viande et Une demi-vie. Le manuscrit original, dédicacé, authentifié par une goutte de sang, de salive, ou de ce que vous voulez d'autre, petits sacripans, dans votre boite aux lettres sitôt qu'il est achevé ! Mais attention, hein : 300 balles d'un coup, le beau geste, le truc un peu princier, quoi, un peu foufou.

(Et, bien sûr, la ribambelle des autres cadeaux, à savoir : les 4 numéros de L'Angoisse, le premier numéro de La Grosse Revue, un poème inédit, une nouvelle inédite, votre nom cité dans La Grosse Revue comme généreux donateur et un tiré à part sur beau papier et tout et tout)

Toutes ces belles choses pour seulement 300 euros, c'est donné, les enfants. Allez, je suis sûr que parmi les lecteurs certains touchent un salaire correct et peuvent se permettre une geste un héroïque et dingo. Devenez le Père Noël des écrivains tarés !

http://www.kisskissbankbank.com/la-grosse-revue