Auteur Sujet: www.bruitsdefond.org  (Lu 61683 fois)

Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558

Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #136 le: septembre 22, 2014, 22:03:55 pm »
Mistress Bomb H - Deflation - Extrait de "Salle de shoot" EP - Bruits de Fond 22 /Kerviniou Recordz 005

DISPONIBLE EN VINYLE LE 3 OCTOBRE PROCHAIN.

Deflation on Vimeo

Video par Dmitry Bulnygin
plus d'info sur http://www.bulnygin.com

Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #137 le: octobre 01, 2014, 14:48:49 pm »
JESSICA93 / MISTRESS BOMB H - SALLE DE SHOOT E.P.
BRUITS DE FOND 22 / KERVINIOU RECORDZ 005


DISPONIBLE EN FORMAT NUMÉRIQUE

PARUTION OFFICIELLE DU VINYLE 12" LE 3 OCTOBRE




Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #138 le: octobre 03, 2014, 17:18:40 pm »
Le vinyle sera disponible dès ce soir pour la première soirée des vingt ans de l'association Kfuel à Rennes !


Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #139 le: octobre 09, 2014, 14:39:00 pm »
JESSICA93 / MISTRESS BOMB H - SALLE DE SHOOT E.P.
BRUITS DE FOND 22 / KERVINIOU RECORDZ 005


MAINTENANT DISPONIBLE EN FORMAT PHYSIQUE

La liste des points de vente sera régulièrement actualisée sur la page officielle de notre website consacrée à cette release.


Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #140 le: février 05, 2015, 12:43:06 pm »
Bientôt dans vos oreilles, en streaming et téléchargement libre  smiley4


Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #141 le: février 08, 2015, 10:31:02 am »
Et voici :

DJ S.Y.D « Invisibles pensées » - Bruits de Fond, Dig it! 10 (2015)

Envisagé à la suite de récentes sessions en public célébrant l'art de la manipulation sonore sur support vinylique, « Invisibles pensées » a évidemment bénéficié de ces retours d'expérience « live ». Sa concrétisation s'est ainsi révélée fluide, presque spontanée en apparence. A peine quelques heures, de la sélection à l'exécution, le choix ayant été fait de s'en tenir au premier coup d'essai.

Idée de départ : ne pas se limiter aux codes « dark ambient » ou « industriels », sans toutefois les ignorer et permettre – avec comme seule prétention d'éveiller du plaisir, voire de la surprise – la rencontre de l'acoustique, de l'électrique et de l'électronique au sein de tableaux tout en dégradés. Mettre aussi en évidence la poésie sonore se dégageant d'enregistrements d'obédience noise/rock. Bien sûr, quelques fracas et larsens viendront nous rappeler qu'il ne s'agit pas d'une simple promenade en mode impressionniste. Malgré quoi ce mix s'adresse à l'imaginaire plus qu'il ne stimule les réflexes reptiliens.

Second principe : exploiter une discothèque enrichie au fil des deux dernières décennies passées à passionnément amasser du bruit sur sillon et plus récemment sous forme de kilo octets. La playliste, de fait, embrasse quarante cinq ans de musiques avant-gardistes, reconnaissons-le notamment grâce à de superbes rééditions. Elle fait aussi une place de choix à des œuvres fétiches – désolé par avance si les followers ont l'impression de toujours entendre les mêmes références. Plusieurs plaques peinent d'ailleurs à dissimuler leur usure après tant de bons et loyaux tours de platines.

Dernière idée, obstinée : montrer par-delà les entrelacs d'harmoniques célestes, au cœur du magma de basses fréquences, la relation vibrante toute personnelle entretenue avec cette musique panoramique, comme une forme de sacré. Peut-être la seule raison au fond de continuer à avancer. Ainsi s'échappent donc nos « Invisibles pensées », préfigurant au passage un travail à venir au sein de notre collection, plus spécifiquement consacré au Drone, oui, avec une majuscule. D'ici là, laissez-vous porter avec ce mix comme sur des morceaux de vent...



Plus d'info et lien vers le téléchargement libre :
http://www.bruitsdefond.org/index.php/dig-it/309-dig-it-10-dj-syd-l-invisibles-pensees-r-2015-





Bonne écoute  smiley23

Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #142 le: avril 02, 2015, 14:36:08 pm »
Nouveau !

DJ Psyko-Pal « Restructuration industrielle » - Bruits de Fond, Dig it! 11 (2015)

Psyko-Pal arrive aujourd'hui sur Bruits de Fond avec ce qui forge son identité sonore, comme une évidence. Oui, la Moselle. Ses fonderies à l'arrêt, ses usines fantômes, sa clameur machinique en guise d'acouphène, ses tensions musculo-squelletiques réfugiées dans les bras des ravers en désertion de pôle emploi. Oui, plus qu'ailleurs, le choix des disques de Psyko-Pal fait sens et résonne dans le creuset encore chaud d'une histoire industrielle restructurée, pour ne pas dire sacrifiée. Oui, sa techno est lourde, peut-être même suffocante, non elle n'a pas d'autre horizon que le mur d'enceintes fumant sous les scories déversées. Si cette musique a une raison d'être, c'est sur les platines de Psyko-Pal. A l'écart des modes se succédant sur les dancefloors de Londres à Berlin, sans risque d'éveiller l'attention du quarteron de sites internet à l'affût des nouvelles sensations. Dans le dur, dans le vrai, et en vinyle. Dig it ! Volume 11, en direct des territoires abandonnés, mais tout sauf résignés.


Plus d'info et lien vers le téléchargement libre :
http://www.bruitsdefond.org/index.php/dig-it/314-dig-it-11-dj-psyko-pal-l-restructuration-industrielle-r-2015-




Bonne écoute  smiley23


Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #143 le: juin 13, 2015, 21:30:53 pm »
Même pas mort !

Jean Ferraille « Sound activity » - Résistance des Matériaux 03 (2015)

Jean Ferraille a pris le temps. De gamberger, de disparaître. Et de revenir, contre toute attente, avec son album le plus apaisé, le plus méticuleux. Il réinterprétait il y a encore peu Luc Ferrari à la manière de KK Null ou martelait Artaud sur un dancefloor désenchanté. Toujours pétri d'influences savantes sans jamais de départir de la subculture anarchopunk dans laquelle il a fait ses toutes premières armes, il dissèque désormais les théories de John Cage avec les outils de l'électronique de pointe. Très concrètement, et ça aide à comprendre puis à se fondre dans ce projet, « Sound activity » a été pensé autour d'une courte interview du maître, « About silence », donnée en 1991. Cage y conceptualise son rapport au son, au bruit, au silence : « I don't need sound to talk to me ».

 Le travail de Jean Ferraille, auparavant tourné « Contre », ouvertement « Antimusic », semble ici libéré, comme vidé de sa bile. Et paradoxalement, se révèle presque figuratif alors qu'il s'appuie sur le plaidoyer de Cage en faveur de la clameur urbaine face au formalisme. Impressionnant de cohérence, « Sound activity » déploie ses assemblages géométriques complexes en trois dimensions et requiert aux dires mêmes de son auteur, une écoute au casque pour prendre la mesure du mouvement comme de la spatialisation. Dans le même temps, chaque titre révèle une facette différente du kaléidoscope sonore constituant l'univers de Ferraille. « INSA » et ses nappes froissées enveloppant un trip hop trébuchant, motifs electronica et rythme asmathique pour « Sound activity », breaks de laboratoire, déglingue électroacoustique (« INTA »), beats pneumatiques pour romance de soupirail (« Time art »), mécanique ludique (« INSM »), « Structure musicale » aux fondements corrodés par l'acid, craquements downtempo le long d'« INUS », « Useless sounds » et sa longue dérive polyrythmique... Tazartès, Devine, Henry, Carpenter, Subskan, Autechre nous viennent tour à tour aux oreilles. Sans oublier Kraftwerk, dont Ferraille s'approprie « Radioactivity » pour le transformer en fantaisie electrofunk quelque part entre Mantronix et Isobrown. C'est d'ailleurs ce titre qui a été choisi comme premier extrait. Vrai petit tube de dancefloor, il ouvre bien des perspectives à un Jean Ferraille en mode détox. Vivifiant. Finalement, Résistance des Matériaux porte bien son nom. Solide, la carcasse. Déterminée et inspirée avec ça. Welcome back !



Plus d'info et lien vers le téléchargement libre :
http://www.bruitsdefond.org/index.php/rdm-mainmenu-37/321-jean-ferraille-l-sound-activity-r-resistance-des-materiaux-03-2015




 smiley12   Bonne écoute   smiley12


Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #144 le: septembre 30, 2015, 14:09:42 pm »
Et de douze !

DJ Leekid « Canicule » - Bruits de Fond, Dig it! 12 (2015)

Leekid a chopé chaud cet été. Rivé à ses platines malgré des températures invitant plutôt à mettre la tête dans le congélo et fouillant inlassablement ses rayonnages de vinyles à la recherche de la combinaison parfaite, il a été pris d'une étrange sensation.Une sorte de commandement intérieur lui intimant l'ordre de réaliser un nouveau mix pour la collection Dig it! qui commencerait par du Noir Désir et qui terminerait par DJ Gilb'R. Avec du Vatican Shadow, du Keiji Haino et du Borghesia au milieu.

Là où la plupart d'entre nous aurait cédé à la panique, alerté SOS médecin, voire appelé un exorciste, Leekid est passé à l'acte comme s'il accomplissait son devoir. Et là où la plupart des labels de bonne réputation underground aurait accueilli la chose avec un air médusé, notre comité d'écoute, soucieux de prendre l'auditoire de la Manufacture des Bruits de Fond à contrepied et surtout une nouvelle fois bluffé par l'audace créative de l'un de ses plus fidèles contributeurs, a validé ce précis de curiosité mystique sans sourciller.

Avec cette intro en forme d'hommage à la Mère Nature, c'est donc un Leekid complètement habité qu'on suppose d'abord pieds nus, la peau couverte de symboles cryptiques tracés au pigment, faisant sienne l'atmosphère suffocante, comme une évidente annonciation de la fin de la civilisation thermo-industrielle. Le genre survivaliste à la sauce gitane. Mais la musique qu'il choisit pour accompagner ce trip plutôt exotique se meut progressivement en un délirium grand angle. On avait commencé par flâner au cœur de décors aux couleurs saturées, glané sans se méfier au gré des sonorités ensorceleuses, goûté à une certaine forme de sensualité mêlée d'animalité. Et en quelques tours de platines, on se retrouve à ramper tel un déserteur aux abois au milieu des buissons volant au vent. Sous un ciel alourdi par les drones, le mix de Leekid se met à serpenter tel un reptile après sa proie. Ca pue la peur et la sueur, ça vous colle à l'imaginaire comme le sable au creux du sillon. Le bad total.On le croyait hippie, Leekid se révèle Heisenberg. Patiemment, il laisse chaque titre produire son effet, entre séduction, fascination et frisson, jusqu'au final aussi haut perché que down tempo, façon vaudou sous anxiolytique.

Si cette canicule ne dure qu'une heure, il ne lui en faut pas plus pour dévoiler sa puissance narrative et addictive. Et tandis que la fièvre se dissipe, on envisage déjà de renouveler l'expérience. Décidément insaisissable Leekid. Machiavélique même. Oui, on a bien fait de signer ! Maintenant, à votre tour d'essayer...



Plus d'info et lien vers le téléchargement libre :
http://www.bruitsdefond.org/index.php/dig-it/323-dig-it-12-dj-leekid-l-canicule-r-2015-




 smiley12   Bonne écoute   smiley12

Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #145 le: décembre 04, 2015, 18:46:43 pm »
In loving memories of Yann Dub

Ripit « Reverse 12 » - Bruits de Fond 23 (2015)

Yann « Dub » De Keroullas nous a quittés il y a deux ans, mais l'esprit « Reverse », sans concession sur le plan artistique comme sur le plan technique, est toujours bien vivant. C'est ainsi le studio Angström Mastering qui, grâce à la persévérance de Frédéric Alstadt et l'appui de Flo Koffmann, a remis en service le matériel de gravure de Yann à la rentrée 2015. Mais c'est aussi un musicien et ami, Nicolas Esterle, aka Ripit, qui à sa manière poursuit l’œuvre de cet ingénieux du son brutalement disparu. Que ce soit au sein du duo polymorphe Solar Skeletons ou d'une autre paire, Fujako, spécialisée dans les hybridations dub / hip hop non conventionnelles, ou encore à l'occasion de ses nombreuses prestations live, Ripit expérimente au sens où l'entendait Yann. Intensément, obstinément.

Pour notre part, on peut affirmer sans fard que la Manufacture des Bruits de Fond, dans sa démarche et pour partie dans son esthétique sonore, emprunte le chemin tracé, forcément à contresens, par Reverse. Jusqu'à logiquement faire de Yann notre graveur attitré depuis 2008.

Du label Reverse, il restait une parution en attente, le volume 12. Précisément 6 titres signés Ripit & friends, initialement destinés au vinyle. Ripit a considéré que leur diffusion par notre biais serait comme une forme de « retour au bercail », un témoignage partagé de ce que nous devons à Yann. Et en effet, c'est en retrouvant la vocation première des Bruits de Fond – sauver de l'oubli des enregistrements méritant une exposition, même confidentielle – que nous proposons aujourd'hui « Reverse 12 ».

Si la collaboration avec l'italien A034 était déjà disponible dans ses propres archives en ligne, les cinq autres pistes demeuraient inédites. Et elles reflètent en quelques sortes l'évolution de Ripit sur la période 2005-2010 lors de laquelle elles ont été composées. On retrouve d'abord la violence crue dans la lignée des titres produits pour YB70 ou Zhark quelques temps plus tôt, avec ces collisions de blasts technoïdes et de broyats rythmiques acérés (« Dope on the table » ou « Unresponsible god »). Vertigineusement brutal, mais pas seulement. Car le reste du EP varie les plaisirs, dans la douleur bien sûr. « Growling corrupt drone » avec A034 ou « Numa1 » avec Creminel crépitent à mid-tempo, l'emballement machinique n'étant jamais bien loin et les projections d'éclats métalliques toujours aussi dangereuses. « Coquette ramonale », réalisé en compagnie de Skatolo, pétarade plutôt au plomb et crache son groove de pot d'échappement. Un motif tout aussi épais se dégage de la carcasse sonore, prémice des ambiances toxiques que Ripit développera par la suite notamment au sein de Fujako. Enfin, la sorcière Hecate vient hanter « Assan i Sabbah Akhbar » des arabesques samplées dont elle a le secret, sur lesquelles les compères déploient leurs dark vibes, magie noire des hauts-fourneaux à moins que ce ne soit des hauts-plateaux. Une influence mélangée de sable de l'atlas et de poussière de charbon dont Ripit ne se départira pas (écoutez par exemple le récent et somptueux remix livré pour les Portugais de Live Low).

On retrouve dans cette fracassante archive l'essence de ce qui faisait Reverse, de ce qui fait Bruits de Fond . Et on comprend pourquoi nous suivons si attentivement, et accompagnons régulièrement le travail de Ripit.

Quelques mots, encore, pour saluer l'implication de Benalô, compagnon de route commun, à qui l'on doit l'imagerie Reverse comme nos premières illustrations et incarnations sur le web, et plus largement source d'inspiration biomécanique depuis 20 ans. Ben a donc rempilé sans sourciller afin de boucler la boucle ensemble. Merci !



Plus d'info et lien vers le téléchargement libre :
http://www.bruitsdefond.org/index.php/cacophonie-mainmenu-30/327-ripit-l-reverse-12-r-bruits-de-fond-23-2015



 smiley12   Bonne écoute   smiley12

Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #146 le: mars 31, 2016, 21:50:48 pm »
S.Y.D « Spirit of poison » (Peace Off mixxxtape01 - 2002)

MAINTENANT DISPONIBLE EN STREAMING !

> Side A

Tracklisting - SideA :
Disc: tracks 5 + 6 – CD2 « 2 × CD » (Vinyl Communications 134)
QT ? : track 1 – split E.P. with Alejandra & Underwood (Fat Cat 042)
Rotator : « Your worst enemy » (L’Art et la Guerre 001)
Derek Bailey : remix of the Guitar Piece n°001 by Thurston Moore – compilation « Root »  (Lo Recordings)
El Gusano Rojo : « Bad drunkn puta » (HP0112)
Joker : « Bubonik » (Hangars Liquides 009)
Joker a.k.a. Cyanide : « c33 » (Uncivilized World 006)
Low Pitch Killers : A side – Prone 001
Electro Meca : « Bass disorder » (Hurry Up Ltd 002 / Peace Off)
Fire At Work : « 999 » (Les Enregistrements du Cavage 008)
Alec Empire feat. Brothers Crush : A side « The King of the street » E.P. (Riot Beats 014)
Aphasia : « Paradis ? » (Bloc46 008)
Venetian Snares : « Withdrew » (Idroscalo Dischi XIII)
AbelCain : « This dream people call human life » (Zhark International 12005)
Noize Creator : « Broken bar » (Ambush 012)
Noize Creator : « Macron (Nasenbluten remix) » (Active Underground 004)
Taciturne : « Haematopan F » (Fischkopf 012)
Patrick Catani + Paul PM : « Fire splinter » (Black Hoodz 010)
Stunt Rock : « Intro two (the days go on and on) » (Addict 006)
Com.A : « digital_ass_mix » ($ vol.1 / Tigerbeat6 meow 017)
I:GOR : « Depresja » (Russian Roulettes 005)
Kid’s Return : « Psychonozia » (Kamikaze Club vol.3 / Peace Off)
Rotator : « Enemy » (Damage 12.001)
Parasite : « I ain’t no criminal » (Damage 12.002)
Noize Creator : « Redrum (remix) » (Quarz 011)
Heist : track A1 – Zero Tolerance 003



> Side B

Tracklisting - SideB :
Djinn 77 : « Shoot the cartel » (La Galette Intégriste – compilation « Labels à Rennes »)
Noize Creator : « Rekisheer » (Zod 001)
Venetian Snares : « Befriend a childkiller » (Hymen ¥ 033)
Doormouse : « Doomanymouse » (Addict 005)
Swank : « Benzindunk » (Kamikaze Club vol.3 / Peace Off)
Kovert : A side – « Versioning » E.P. (Damage 12.003)
Eiterherd : « Ugla » (Hurry Up Ltd 004 / Peace Off)
Geroyche + Wintermute : « Game over » (Kool Pop 12.003)
Christoph De Babalon : « Cum on (feel this) » (Fat Cat 020)
Pita : track 4 – « Get out » (Mego 029)
Vomit Lunchs : « S Com mix » (Hot Air EP4)
Christoph De Babalon : « Appetite4destruction » (Tigerbeat6 meow 003)
Hawd Gankstuh Rappuh MC’s : « Mind if I fart ? » (Wordsound 040)
Alec Empire : « Fire bombing » (DHR LP4)
Rotator : « Kanibalistik » (Damage 12.001)
Minion : « Yeah » (Dyslexic Responses 005)
Sonic Youth + Jim O’Rourke : « Invito al cielo » (SYR 3)
Fanny : « Couchburn2 » (Zod 005)
Phthalocyanine : « Sewer mash » (Klangkrieg 030)
Rotator : « Bug your dancefloor » (Protokol 002)
The DJ Producer : « Harder they fall (kamikazes reprise) » (Deathchant 026)
Low Entropy : « The agony of everyday life » (Praxis 036)
Xanopticon : « Neurve » (Mutant Sniper Adventure 01)
Artists Anonymous : info side – Diskono 015
Yann Dub : « Reportage chez Benalô » (Reverse 001)
Society Suckers : « Speedhack » (Hurry Up Ltd 003 / Peace Off)


 smiley12 ONLY FOR THE HEADSTRONG  smiley12

Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #147 le: mai 02, 2016, 11:26:48 am »
NOUVEAU !

Flavien Gillié « Faire le tour et voir ce qui nous appartient, rien » - Bruits de Fond 24 (2016)


La musique ambient a toujours occupé une place centrale dans notre pratique artistique. Mais ce ne semble pas être l’image que véhicule la Manufacture. Certes, cette seconde réalisation proposée par le Bruxellois Flavien Gillié n’a pas vocation à changer l’idée que les Bruits de Fans s’en font. Ca fait maintenant quinze ans que nous publions ce qui nous remue sans trop nous soucier si ça plaira, voire même si ce sera acheté ou téléchargé… Mais nous gardons cet indéfectible espoir qu’une poignée d’auditeurs partageront les émotions véhiculées par le travail de Flavien et savoureront comme nous cette invitation à s’ouvrir au monde, toutes oreilles dehors.

Ne vous laissez pas intimider par le titre. « Faire le tour et voir ce qui nous appartient, rien ». En effet, rien n’est à nous. Rien n’est à qui que ce soit d’autre, en fait. Spectateur du monde mais acteur de la transmission, l’empathie au bout du micro, Flavien parcourt sa ville comme le monde – récemment l’Asie du Sud Est puis le Brésil. Il y capte patiemment scènes et sons de cette humanité qui ne fait que passer mais dont la clameur semble se répandre dans tout l’univers, comme un héritage commun et indivisible. Selon le même procédé que « L’apocalypse au quotidien », il y a un peu plus de trois ans, Flavien a collecté ces tranches de vie, ces pièces de bruit mais a aussi composé une série de délicats drones, évanescentes fréquences, halos hypersensibles ; puis a assemblé le parcours auditif d’un peu moins de quarante minutes qui vous est proposé aujourd’hui. Et si tout simplement comme nous, vous avez un impérieux besoin de lumière, cette nouvelle œuvre de Flavien Gillié vous est destinée. Aucune contre-indication ni dose à ne pas dépasser. Alors, oui, faisons le tour. Encore et encore. Contemplons. Soyons sereins. Rien ne nous appartient.




Plus d'info et lien vers le téléchargement libre :
http://www.bruitsdefond.org/index.php/cacophonie-mainmenu-30/332-flavien-gillie-l-faire-le-tour-et-voir-ce-qui-nous-appartient-rien-r-bruits-de-fond-24-2016

 smiley15 Bonne écoute  smiley15

Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #148 le: juillet 29, 2016, 13:02:10 pm »
MAINTENANT DISPONIBLE EN STREAMING !

S.Y.D « Fracture » (Bruits de Fond 07.1 - 2004)


Tracklisting :
Richard Thomas : Remix of the guitar piece n°020 by Thurston Moore – compilation « Root » (Lo Recordings)
2 B Freak : « Désolé » (Bruits de Fond 05.2 / Snel 02)
I.B.W. : 1st track – info side (Staalplaat)
Bogdan Raczynski : « On the Case (by DJ Whisky) » (Rephlex cat 120 LP)
A(uto) E(rotic) A(sphyxiation) : « My girlfriend kicked my ass » (Kougaï 04)
NoizeCreator : « Special cleanse » (Hangars Liquides 09)
Electromeca : « Biker d’amour » (Casse Tête 02)
Fanny : « Couchburn » (Zod.05)
Subjex : « Yadlaloop » (Combine 01)
Aphex Twin : « 54 cymru beats » (Warp LP92)
AFX : side B (Men 1)
E. Stonji / Hans Platzgumer / _Filbert : « Aren » (Phantomnoise 005)
Squarepusher : « Chin hippy » (Warp LP50)
Squarepusher : « Anstromm-Feck 4 » (Warp LP97)
Bloodklaat Gangsta Youth : « Kill or be killed (Bogdan Raczynski remix) »
Curtis Chip : « Binoculars » (Zod.04)
Aphex Twin : « Mt Saint Michel mix + St Michaels mount » (Warp LP92)
Curtis Chip : « It starts with a G » (Zod.04)
Squarepusher : « Journey to Reedham (7 a.m. mix) » (Wap 92)
Electric Kettle : « Zook Territory Zpanned » (Hurry Up Ltd 005 / Peace Off)
Sickboy : « Ganja bullet » (Robo 003 / Bot 004)
Hellfish : « Line ’em up » (Deathchant 39)
Ventriloquist Snakes : « The most sadistic » (Planet Mu / Ziq 065)
Venetian Snares : « Hand throw » (Planet Mu / Ziq 077)
Electric Kettle : « Angry rootsman » (Hurry Up Ltd 005 / Peace Off)
Kids Return : « Psychonozia » (Kamikaze Club vol.3 / Peace Off)
Aphasia : « Break some bones » (Bloc46 LP02 / Uwe)
Knifehandchop : « I hate your fucking face » (Tigerbeat6 / Meow 049)
Lenny Dee : « Fucking hostile (Brooklyn mix) » (Industrial Strength 17 repressed)
Hellfish : « Bring on the hurricane pain » (Deathchant 34)
Cunning meets Bambule : « Descent (alone) » (Praxis 019)
Black Lung : « Prema » (Ant Zen Act 97)
VDD Energize : « Don’t open the arc » (Sixsixtysix 001)
Venetian Snares : track two – side two (Addict 004)
Toe Cütter : « Sodomecstacy » (System Corrrupt 01)
Com.A : « Dream and hope (knee-stabbing mix by Curtis Chip) » (Zod.16)
Disinformation : « Artificial lightening » (Ash International 9.2)
Ec8or : « Perfect » (DHR LP5)




 smiley12 TO BREAK / BROKE / BROKEN  smiley12

Syd

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1558
Re : www.bruitsdefond.org « Réponse #149 le: octobre 25, 2016, 07:56:11 am »
Nouveau !

DJ S.Y.D « Musique des corps éteints » - Bruits de Fond, Dig it! 13 (2016)

Éteindre son corps. Libérer son cœur et son esprit. S'abandonner enfin. Et plonger intensément dans le bruit. N'être plus que vibration, brouillard magnétique, écume hertzienne, épouser le flux inouï des harmoniques.

« Musique des corps éteints » ou le salut par le son. C'est la vocation de ce nouveau mix de la collection Dig it!, au moins pour son auteur. Il s'adresse à tous les tourmentés, les égarés nocturnes et autres exilés du sommeil, prêts à tout pour transcender leurs angoisses et transformer leurs sueurs froides en frissonnements auditifs.

Fermez les yeux, laissez-vous happer. Oubliez tout, oubliez-vous. Seule la musique demeure quand les corps s'éteignent.



Plus d'info et lien vers le téléchargement libre :
http://www.bruitsdefond.org/index.php/dig-it/339-dig-it-13-dj-syd-l-musique-des-corps-eteints-r-2016




Bonne écoute   cacadiable