Auteur Sujet: les joyaux de la princesse  (Lu 35909 fois)

tzii

  • Dagon Morvus
  • *
  • Messages: 2828
les joyaux de la princesse « Réponse #105 le: juillet 26, 2007, 14:19:18 pm »
Citation de: "2.10^(-5) Pa"
Sinon j'ai découvert un split de ljdlp réalisé avec muslimgauze... donc pour revenir au sujet... lire entre les doublescroches et explorer les passions...


ça change rien, muslimgauze etait un sacré integriste de mes couilles!!

quand a la rose blanche bah oui.....mais ljdlp a toujours dit qu'ils traitaient de la seconde guerre mondiale, tout camps confondus donc bon...

d'ailleurs a la base c'etait ujne emission d'histoire sur radio beton a Tour spécialisé sur la deuxieme guerre et le mec faisait des petites illustrations sonores derriere les archives sonores de cette periode.....et ça lui a donné l'idée d'en faire quelque chose de plus consequent et de sortir ça en disque (d'ou la presence accrue d'archives sonores non traités, passés comme tel).....l'emission a priori n'etait pas dans un camp plus qu'un autre....sinon d'ailleurs je vois mal comment elle aurait pu etre a l'antenne sur radio beton!!!

et donc je ne suis pa d'raccord sur l'utilisation du terme "hommage", ce n'est pas parceque tu traite ou evoque quelque chose que tu lui rends hommage!!! bien heureusement!!!!!!

riz

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10231
les joyaux de la princesse « Réponse #106 le: juillet 26, 2007, 14:28:58 pm »
Et bim ! la polémique est relancé

Tu sais je veux pas défendre ces gars la bec et ongle , j'étais au courant pour radio béton tout ça et tu as raison le terme "hommage" est mal choisi.
Perso j'ai tendance à ne m'intéresser qu'à la musique, le romantisme et les histoires de cul des uns et des autres, c'est pas mon truc. Abba était peut être super cools dans la vie mais j'aime pas trop leur zic.

Par contre je serais curieux de savoir ce qui te fais dire que Bryn Jones était un intégriste, je  le qualifierais plutot de "radical", il était pas pratiquant, n'a jamais foutu les pieds au Moyen Orient, être contre l'état d'israel ne fait pas de toi un antisémite.

riz

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10231
les joyaux de la princesse « Réponse #107 le: juillet 26, 2007, 14:57:23 pm »
De toute façon j'ai jamais su avoir d'avis tranché sur le message de  muslimgauze , ça a toujours été un artiste controversé. Slayer reprenait ouvertement l'imagerie allemande WWII , est ce que ça en fait des nazis pour autant ?
Au pire je vois la démarche de gauze comme étant un procédé marketing. Glorifier les human bombs, présenter le fait de se faire exploser la tronche comme un acte désespéré de resistance. ça a plutot tendance à me déranger aussi.
Mais bon j'aime terriblement sa musique

Super Riton

  • Nyarlathotep Fongus
  • *
  • Messages: 1617
les joyaux de la princesse « Réponse #108 le: juillet 26, 2007, 15:20:47 pm »
rupture a écrit un article pas mal sur muslimgauze :
http://www.bidoun.com/issues/issue_11/09_all.html#article

y'avait aussi un article bien incendiaire dans un vieux datacide...
hexakosioihexekontahexaphile

über allez là!

riz

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10231
les joyaux de la princesse « Réponse #109 le: juillet 26, 2007, 15:22:15 pm »
Muslimgauze's music is too weird, too intrinsically vague to serve any political purpose. We face an awkward possibility: to hear Muslimgauze, we must not listen to Bryn Jones.

Nor pay much attention to his cover art. Although Muslimgauze's imagery has always suggested to me some neo-Orientalist version of Leila Khaled's cosmopolitan Hepburn-as-hijacker chic, it barely made an impression as I started to listen. As far as I could tell, knowing little about Jones, the band was steeped in industrial music's culture of provocation. Laibach had the totalitarian-irony look down pat; Coil opted for a gay-magick vibe; Psychic TV fetishized Charles Manson and Jim Jones; Muslimgauze embraced militant Arab agitprop. Every "transgressive" band needed an outrage, and their album covers were neither more nor less meaningful than anyone else's.

Citer
y'avait aussi un article bien incendiaire dans un vieux datacide...


Si t'as occaz de faire un scan , je suis prenneur  smiley21

vendredi

  • Invincible Doner Kebab
  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 9424
les joyaux de la princesse « Réponse #110 le: juillet 26, 2007, 15:25:04 pm »
Merci riton! ce type était un mystère pour moi, je n'en avais entendu que des rumeurs.

Citer
In fact, Muslimgauze wasn't even a Muslim. He was a reclusive bedroom producer in cultural drag, who never set foot in an Islamic country.
"L'infamie perce et laisse des trous...."
TT________KKK________$$

Super Riton

  • Nyarlathotep Fongus
  • *
  • Messages: 1617
les joyaux de la princesse « Réponse #111 le: juillet 26, 2007, 15:47:10 pm »
Citation de: "Riz_Au_Lait"
Si t'as occaz de faire un scan , je suis prenneur  smiley21

si je retrouve mon cerveau, j'essairai d'y penser.
pas gagné, donc smiley10
hexakosioihexekontahexaphile

über allez là!

riz

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10231
les joyaux de la princesse « Réponse #112 le: juillet 26, 2007, 15:49:52 pm »
De toute façon il en parle dans l'excellent article de bidoun.
merci quand même

Super Riton

  • Nyarlathotep Fongus
  • *
  • Messages: 1617
les joyaux de la princesse « Réponse #113 le: juillet 26, 2007, 15:53:55 pm »
bah le truc c'est que j'ai pas de scanner à la maison, ça veut dire que je dois penser à emmener le zine au taf... donc triple mission : trouver le zine dans mon bordel, le mettre dans mon sac, et une fois au bureau le sortir du sac pour le scanner...
hexakosioihexekontahexaphile

über allez là!

Ludmila de Hazebrouck

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3359
les joyaux de la princesse « Réponse #114 le: juillet 27, 2007, 12:02:13 pm »
Voici la traduc en french pour ce ki lise pas l'anglais dans le texte kom Super Henri  smiley4

   


Regard fixe De Mousseline

Par Jace Clayton

Enfouissement vous-même en cercles arabes. - TE Laurent La mort n'a eu aucun effet apparent sur le rendement musical de Bryn Jones. Si quelque chose, il libère la musique plus rapidement que jamais. Pas moins de cinquante albums posthumes ont frappé le marché depuis le dépassement, il y a huit ans, du percussionniste et du musicien électronique mieux connus sous le nom de Muslimgauze. Il y a maintenant au moins 180 dégagements de Muslimgauze, et plus sont sur le chemin (bien que l'habitude de Jones d'expédier les enregistrements prolongés aux collaborateurs, sans des instructions sur quoi faire avec le matériel, garantit que personne ne sait quand la prochaine volonté arrivent). Les disques de Staalplaat et d'Abyssa Netlabel offre un abonnement d'escompte "pour chaque nouveau Muslimgauze ont limité release"-only cinquante euros. Les rééditions maintiennent paraître aussi bien, souvent dans le nouvel empaquetage, bien que beaucoup de sa discographie de Borgesian reste hors de la copie.

Le travail de Jones est seulement devenu plus controversé au cours des ans depuis qu'un "mycète de sang" non spécifié a tué le musicien 37-year-old. Son projet a commencé dans 1983 comme réponse personnelle à l'invasion israélienne du Liban. "Muslimgauze," Jones inlassablement expliqué, "sont pro-Arab/Palestinian et détestent la puanteur vile de l'Israel." Été allé a PAR EXEMPLE le graphique oblique, son nom de guerre plus tôt. Jones s'est réinventé, intitulant son projet après un calembour maladroit. Plusieurs de ses titres d'album sont indubitables dans leur viol de polarisation-Le de la Palestine, voix Hezbollah, Etats-Unis de l'Islam. Ses titres-"Submit de chanson à Sharia," "museau sioniste rabique de chien," "balle israélienne passant par le corps d'un costume Child" "JM Charcot mangean une frite" -suivi palestinien.

 Du commencement, l'art de l'album de Muslimgauze a indiqué une prédilection pour repurposed la calligraphie coranique, l'Ajatollah Khomeini, et des photographies des femmes voilées soulevant des pistolets. C'est un oeuvre encombrant et intentionnellement provocateur. Particulièrement pour un type britannique blanc sans les cravates familiales vers le Moyen-Orient. En fait, Muslimgauze n'était pas même un musulman. Il était un producteur reclusive de chambre à coucher dans la drague culturelle, qui n'a jamais placé le pied dans un pays islamique. J'ai trébuché à travers Muslimgauze en tant qu'adolescent, creusant par les caisses "expérimentales" d'un magasin record à Boston du centre. J'étais un gosse industriel, un passionné de département d'essai, amusé et intrigué par l'extrémité visuelle des importations chères du R-U.

Sur une écoute, j'ai été accroché : Les influences de Jones étaient les miennes, copie trop-Jamaïquaine, bandes industrielles européennes nordiques, l'électronique d'avant-garde. Le bruit de Muslimgauze s'est étendu de l'ambiance déprimée aux séances d'entraînement tribales de plancher de danse. Il a travaillé principalement avec des machines de tambour, la percussion ethnique, des synthétiseurs, et des bandes. Les mélodies occasionnelles ont fait référence aux balances arabes. Les enregistrements de rue avec des bribes des voix arabes ont fourni à Jones la vraisemblance géopolitique vague, bien qu'il n'y ait jamais eu de pleins vocals ou lyrique. "tout est très expérimental," il a dit. "un morceau peut être merveilleux ou merde." Gens dont la première configuration de rencontre de Muslimgauze à l'merde-extrémité du spectre sont souvent arrêtées pour de bon. Et quelques albums ressemblent à du monde reverb-trempé Muzak. D'autres calent dehors dans les battements de tambour péniblement réitérés. "vous avez besoin d'opiacés afghanis ou de kif marocain pour l'apprécier," des courses une plaisanterie commune de Muslimgauze. Il n'est pas injuste de dire que beaucoup de son rendement se sent comme l'objet façonné d'une rêverie de rituel ou de drogue. La perche d'electronica des années 90 a gagné le visionnaire de la chambre à coucher de Manchester une nouvelle génération des ventilateurs, dessinée à son expérimentation agitée. Les morceaux par percussion minimaux de ses premières années ont évolué dans deux directions. Une branche continuée pour explorer a fait une boucle des tambours et la déformation (cependant peut-être "explorez" est trop fort ; certaines voies changent tellement peu qui elles ressemblent à d'un disque sautant). D'autre part, le travail le plus fort de Muslimgauze s'est développé dans les soundfields hypnagogiques, simultanément tendu et séduisant, s'aliéner et contraindre, plein des signifiants moitié-enterrés. L'auditeur pourrait jamais être sûr comment l'adapter ensemble, ni comment s'adapter dedans. À son plus fin, la musique de Bryn Jones émet une puissance foncée et dislocative, une illustration sonique de ce qu'a signifié Freud par "le surnaturel." En écoutant des chansons aimez "8A.M., Tel Aviv, les aides une de Jihad islamique" comprennent le génie étrange de Muslimgauze. Il n'a eu aucun intérêt en faisant la musique Oriental-retentissante moyenne. Jones était après bruit Oriental-retentissant moyen. Il fetishized les pauvres (qualité de re)production de ses enregistreurs à cassettes bon marché, reproduisant d'une manière obsédante ces effets soniques. Il a fait les environnements audio au lieu des chansons. La déformation était son tour de production plus évident, mais Muslimgauze a eu une main subtile et autoritaire avec l'art de reverb-the de placer des bruits dans l'espace. Les bruits indistincts tourbillonnent autour, impliquant des récits multiples sur le point de l'intelligibilité.

Si vous entendez ses chansons comme espace, leur longueur et nature réitérée semblent moins comme des erreurs. Mais alors vous vous rappelez leurs titres. 8AM, Tel Aviv, Jihad Islamique ! Indépendamment de sa position sur le conflit Israelo-Arabe, il affaiblit pour penser à se comme cannelant le long à un appel aux bras. Ainsi pourquoi j'aiment cette chanson autant que je ? Je suppose que c'est que je perçois ses convictions de noyau comme en désaccord avec son art. La politique noire et blanche de l'Anglais violemment steamrolled l'humanité israélienne avec un tel gusto que la texture et la réalité polyvalente de la vie arabe ont été aussi bien aplati. Mais la musique de Muslimgauze est trop étrange, trop intrinsèquement vague pour atteindre n'importe quel objectif politique. Nous faisons face à une possibilité maladroite : pour entendre Muslimgauze, nous ne devons pas écouter Bryn Jones. Ni prêtez beaucoup d'attention à son art de couverture. Bien que le langage figuré de Muslimgauze ait toujours suggéré à moi une certaine néo--Orientalist version de Hepburn-as-hijacker cosmopolite de Leila Khaled chic, il a à peine fait une impression pendant que je commençais à écouter. Dans la mesure où j'ai pu dire, sachant peu au sujet de Jones, la bande a été trempée dans la culture de la musique industrielle de la provocation. Laibach a fait tapoter le regard de totalitaire-irony vers le bas ; L'enroulement a opté pour un vibe gai-magick ; La TV psychique fetishized Charles Manson et Jim Jones ; Muslimgauze a embrassé l'agitprop arabe militant. Chaque bande "transgressive" a eu besoin d'un outrage, et leurs couvertures d'album n'étaient ni plus ni moins signicatives que n'importe qui autrement. Dans la prétention que Muslimgauze était un groupe d'Arabes britanniques (séculaires, qui se sont probablement habillés comme Goths et ont porté l'eyeliner aux clubs), j'ai négligé l'art d'album et ai plongé dans la musique. Il est plus difficile de faire cela maintenant. Je n'étais pas le seul qui a appris de ses détails biographiques inconfortables en lisant les nécrologes. Les articles moitié-oubliés en magasins souterrains ont commencé à circuler en ligne ; les ventilateurs et les critiques ont démarré le remonter toute. Christoph Fringeli, qui court l'étiquette de praxis, a noté en son magasin Datacide que Jones lui-même a insisté sur le fait que ses inspirations musicales étaient entièrement politiques, admirant des "chefs tels qu'Arafat, Khomeini, Qaddafi, Saddam, Abu Nidal, etc.., aussi bien que des organismes tels qu'OLP, Hamas, et Hizbullah." Un sac d'encavateur des Islamiste, les communistes, et les nationalistes-"in arabes démodés court-circuitent, tout le monde et tout qui font la guerre contre l'Israel." d'"l'ennemi mon ennemi est mon ami" est la politique douteuse à meilleur-particulier pour un fauteuil blanc Arabist faisant des proclamations au sujet d'une terre qu'il non jamais visité. "des convictions de noyau de Bryn Jones pourraient seulement être maintenues en simplifiant massivement tragiquement des conflits complexes," explique le blog de Loosavor, "et eux a mené lui pour développer une fascination plutôt malsaine avec, et même l'appui pour, les despotes et leurs régimes répressifs." Dans des 1994 entrevue, Jones dit, "je n'en parlerais pas à [ des Israéliens ] ; les personnes entières sont répugnantes, ainsi non, je pas." Un an après, Jones a dit que "Muslimgauze n'ont aucun lien avec aucun Palestinien. Il a assez d'ennui sans avoir une musique des Mancunien poussée sur lui. C'est le régime vil qu'ils doivent vivre sous des trouvailles de ce Muslimgauze si inacceptables. La situation glissera en bas dans des résultats finals, en faveur des Palestiniens. Une mesure directe prise en Palestine occupée en est justifié." Ces thèmes sont demeurés constants. Ce que au sujet de tout le courrier de haine accusant Jones de la bigoterie et de l'anti-sémitisme ? "dites-leur que pour se casser," il a dit son webmaster. Et les albums continuent à venir. Quelques nouveaux dégagements de Muslimgauze sont eteints avec le dessin-modèle bien plus controversé. Les droits de l'homme de non pour des Arabes en Israel LP libéré pendant la vie de Jones sont venus enveloppé dans une douille merveilleusement minimisée faite à partir du papier fait main. Des titres ont été impressionnés dans le papier. Les deux versions posthumes par Staalplaat montrent une photographie de couleur de a bloodied le garçon dans des bandages, un oeil gonflé fermé. L'image est le photojournalism, un vrai objet façonné du conflit Israelo-Arabe. Elle n'est plus au sujet d'art. Ou est-elle ? Je ne suis pas le seul luttant pour prendre en main le contexte de la musique. Un commentateur sur l'emplacement Last.fm de gestion de réseau de musique conseille des nouveaux venus "obtiennent après ridiculement les titres de fundamentalist/trollish de ses voies et albums car ils n'ont aucune relation à la musique du tout." À l'autre extrémité du spectre, un ventilateur français glorifie Muslimgauze pour évoquer les gloires historiques orientales moyennes qui enjambent des milléniums : de "rappels chaque morceau à nous l'Orient de Saladin, du grand père du Martaque et son Hashascheem, Baalbek et Babylone, Bagdad et Jérusalem, Darius et l'empire de Perse." (et j'ai pensé que j'étais un auditeur soigneux !) Le musicien basé à Londres que Seth Ayyaz note que Muslimgauze "était au sujet de l'intensité, colère, crainte, fureur, injustice, aucun espoir... les générations plus anciennes des musiciens [ arabes ], ils ne pourrait pas l'obtenir."

Mais, Bryn Jones "a semblé raisonnable parfait à ceux de nous grandissant en tant qu'élément de la Diaspora musulmane BRITANNIQUE, incapable d'identifier avec la culture britannique blanche, ni [ la culture ] 'la maison arrière.' Profondément en soute du capitaliste de Thatcher, les grèves des mineurs, propagande pro-Israélienne ininterrompue, l'homme étaient une cannelure rompue de serrure, et un genre d'informations parasites-hashin des techbeats tôt. Immédiatement des traditions, mais très étranger d'elles." Il y a quelques mois, ma bande, ortie, a exécuté à Berlin. Parmi les autres actes étaient le marquer-patron de Geert-Janv. Hobijn, de Staalplaat et l'exécuteur de fait du travail de Muslimgauze. Hobijn était responsable de la photo du garçon brutalizé sur aucuns droits de l'homme.

Le musicien hollandais avait été invité à DJ unreleased la musique de Muslimgauze. Après notre gig quelques amis allemands ont fait des excuses à moi à l'arrière plan. "un bon nombre de gens a voulu vous voir jouer, mais ils boycottent la musique anti-sémitique comme Muslimgauze." Plus tôt cette nuit je le contrôle sain de Hobijn attrapé. Il avait arrangé quatre ou cinq sirènes d'air-raid autour de la salle et tenu l'onstage à côté d'une table avec l'équipement de DJ. La bande sonore de gronder m'a incité à penser aux transitoires guerre-soudaines de volume, murmure indistincts, bruits inconfortables. Fort. Les contrôles sains d'autres sont toujours ennuyants, mais celui-ci était atroce. Les sirènes de l'air-raid de Hobijn avaient pleuré pendant cinq minutes droites. Il a froncé les sourcils, remué avec son équipement. "ils améliorent l'ambiance de la guerre," je se sont dits, "prenant le plaisir en simulant une milieu-imagination occidentale de le Moyen-Orient, configurée comme conflictive et intemporelle." Les sirènes continuées. Mon bandmate Abdelhak Rahal, un Marocain, grimaçait.

Les klaxons ont flambé dessus. Qu'avait-il été-dix, quinze minutes maintenant ? Les gens ont eu leurs doigts dans des leurs oreilles. Le barre-personnel était parti, des regards fixes laids de tir de Hobijn sur leur sortie. gardien Hobijn-primaire (ou occupant) de commutateur de territoire-couldn't de Muslimgauze outre de ses propres alarmes. Abdelhak a dû crier pour que je l'entende au-dessus du vacarme. "ces sirènes... Il est juste comme Fez pendant le Ramadan ! C'est comment ils appellent tout le monde au dîner!" Il a fermé ses yeux, inclinant la tête élogieux comme un sourire nostalgique écarté à travers son visage.

riz

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10231
Re : les joyaux de la princesse « Réponse #115 le: février 20, 2021, 14:05:41 pm »