Auteur Sujet: Sakoland  (Lu 48013 fois)

dada

  • Extreme Elvis
  • *
  • Messages: 886

Fspee

  • Extreme Elvis
  • *
  • Messages: 923
Sakoland « Réponse #31 le: juillet 23, 2008, 19:13:20 pm »
Citer
Nietzsche se moque des théories mystico-dé-mocratiques qui attribuent à la foule bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla blabla bla bla bla bla bla bla bla blabla bla bla bla bla bla bla bla blabla bla bla bla bla bla bla bla blabla bla bla bla bla bla bla bla bla. Le faible est, de par la nature, esclave, esclave d'abord de ses propres sensibilités.


On  sent bien que Nietzsche n'etait pas noir pour dire des conneries comme ça.
________________
SWEET SANDPAPER

sqaw lee

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 17248
Sakoland « Réponse #32 le: juillet 23, 2008, 20:30:54 pm »
si je comprend cette dernière phrase à mon avis je ne comprend pas le sens profond de ce que Nietzsche a voulu dire...
...même s'il est vrai qu'une trop grande sensibilité rend esclave ça n'a rien à voir avec le fait d'être faible ou pas...je dirai même plutot l'inverse...smiley18

Le caca ne fait pas tourner la terre, mais rend l'amour plus agréable !
Poil pour tous et tous à poil !
J'ai fait kk à ikea !
Les rêves sont au cerveau ce que le caca est aux intestins !
ça a l'air bien pour ceux qui aime bien!

dada

  • Extreme Elvis
  • *
  • Messages: 886
Sakoland « Réponse #33 le: juillet 23, 2008, 21:15:50 pm »
sensibles s'abstenir... !

http://www.dailymotion.com/mychannel/julianosorio/video/x681b0_ces-vendus-qui-nous-vendent_news

Et Tapie bien sur
"
Bernard Tapie revient sur le devant de la scène. Cette fois les poches pleines. A l’issue d’une décision arbitrale exceptionnelle rendue le 11 juillet, qui diffère totalement d’une décision de justice ordinaire, le sulfureux homme d’affaires se voit allouer une indemnisation record de 285 millions d’euros en réparation des manœuvres jugées déloyales du Crédit lyonnais lors de la vente de ses parts d’Adidas en 1993. Déduction faite de ses différentes dettes, Bernard Tapie pourrait conserver entre 20 et 80 millions d’euros. Le seul problème, c’est que  la facture globale sera réglée par le contribuable...."

la suite :
http://lamouette.blog.lemonde.fr/2008/07/23/bernard-tapie-l%E2%80%99homme-par-qui-le-scandale-revient/
et aussi:
http://www.bakchich.info/article4543.html

cindy cenobyte

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 11420
Sakoland « Réponse #34 le: juillet 24, 2008, 11:27:57 am »
Citation de: "dada"
ha j'ai retrouvé ça, je t'en avais parlé !
http://www.youtube.com/watch?v=vYbp8gq5n9I&eurl=http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=3453.0


petit résumé :
cette femme explique qu' en décembre 2009 certaines vitamines deviendront illégales dans les pays qui auront accepté le codex alimentarius. Elle explique aussi que l' idée de ce codex a germé dans le cerveau du président de la société IG Farben ( http://en.wikipedia.org/wiki/IG_Farben ) qui fut jugé au tribunal de Nuremberg car son entreprise fabriquait entre autres le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz.

Son site :

http://www.healthfreedomusa.org/
http://protopronx.free.fr
We work from hand to hand, from country to town,
From city to state, from world to world; nigga
From universe to universe

dada

  • Extreme Elvis
  • *
  • Messages: 886
Sakoland « Réponse #35 le: juillet 24, 2008, 13:51:48 pm »
Si tout ça est bien vrai ça fou un peu les boules...
http://www.retourvital.com/Supplements.php

"L'Europe menace d'interdire les suppléments
La directive des suppléments alimentaires et le "Codex Alimentarius" risquent de restreindre l'accès aux suppléments

Une législation limitant lourdement le droit des consommateurs d'utiliser des suppléments nutritionnels est à l'étude en Europe. Elle permettrait l'adoption de normes mondiales pour la réglementation des suppléments nutritionnels, auxquelles travaille la Commission du Codex Alimentarius des Nations Unies.

La Directive des Suppléments Alimentaires ne se préoccupe actuellement que des vitamines et des minéraux. A partir de 2007, l'Union Européenne fournira une proposition étendue aux autres catégories de nutriments.

Les 13 principales vitamines sont autorisées, mais la Directive exclut la plupart des formes biodisponibles de complexes de vitamine. Ainsi, elle bannit tout minéral chélaté ou composant minéral organique comme la sélénométhionine. De plus, elle n'autorise que les alpha-tocophérols de la vitamine E mais exclue les tocophérols tels qu'on les trouve dans la nature (y compris le gamma-tocophérol), qui sont des antioxydants beaucoup plus efficaces que le alpha-tocophérol. La recherche a prouvé que de nombreux minéraux et vitamines ont une bien meilleure biodisponibilité lorsqu'ils sont dans les formes que l'on trouve dans la nature.

Si la Directive actuelle n'est pas annulée, beaucoup de produits seront bannis. Les vitamines auront une moins bonne biodisponibilité, elles seront plus toxiques mais mieux adaptées à la fabrication par des procédés chimiques que maîtrisent les sociétés pharmaceutiques.

Des minéraux indispensables à la santé comme le bore, le soufre, ou le vanadium devront être éliminés parce qu'ils ne seront pas autorisés par cette Directive européenne.
Les pays anglo-saxons seraient les plus touchés

Le Royaume Uni, l'Irlande, les Pays-bas et la Suède ont actuellement des lois libérales similaires à celles des Etats-Unis, et les consommateurs de ces pays seraient particulièrement touchés par cette nouvelle réglementation.

Il existe une autre menace venant de la Directive sur les produits traditionnels de phytothérapie qui devrait imposer une loi sur les produits de phytothérapie et autres suppléments.

Serons-nous, ainsi que les générations futures, privés de la plupart des suppléments nutritionnels les plus utiles actuellement sur le marché ?

Serons nous contraints de reformuler les produits en enlevant tous les nutriments naturels les plus efficaces et les plus biodisponibles ?

C'est bien le défi des années à venir. Un défi difficile à relever.
Je lance un appel à la presse francophone

Alors que le sort de l'industrie mondiale des suppléments nutritionnels est en train de se jouer, la presse (en particulier Française) ne se fait pas l'écho de cette menace pour notre santé et celle des générations à venir.

Cette menace est pourtant la plus grave qui pèse actuellement sur la progression de l'espérance de vie. Si la capacité préventive des suppléments nutritionnels est interdite, c'est une perte potentielle de plusieurs années d'espérance de vie pour l'humanité toute entière qui aura été décidée par une simple directive !

Aussi je lance un appel à la presse francophone, pour qu'elle se fasse le plus largement possible l'écho de ce scandale qui menace gravement la santé publique.

Par la pression médiatique, il serait en effet possible de modifier ces projets dangereux pour notre avenir, voire peut-être de les suspendre. "

Larm

  • Yog-Sothoth Mucus
  • *
  • Messages: 2240
Sakoland « Réponse #36 le: juillet 24, 2008, 16:27:28 pm »
Citation de: "dada"
http://www.dailymotion.com/mychannel/julianosorio/video/x681b0_ces-vendus-qui-nous-vendent_news

Un conseil économique créé par les plus grandes multinationales pour... conseiller le secrétaire général de l'ONU...  smiley18
Au moins comme ça c'est clair.

cindy cenobyte

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 11420
Sakoland « Réponse #37 le: juillet 24, 2008, 18:54:25 pm »
1 point Godwin !

mais c' est pas de ma faute smiley6

http://www.onnouscachetout.com/themes/alimentation/codex-alimentarius.php

Le trust de la pharmaco chimie tel que nous le connaissons actuellement fut conçu par une association de la Rockefeller avec l'IG Farben de l'Allemagne nazie. D'ailleurs, l'industrie IG Farben en Allemagne ne fut pas bombardée, pour préserver les intérêts de la Rockefeller.
Depuis 1932, l'industrie pharmaco-chimique IG Farben finançait Adolph Hitler. Sans ce soutien, selon le tribunal de Nuremberg, le deuxième guerre mondiale n'aurait pas pu avoir lieu...
En 1941, l'IG Farben a établi la plus grande industrie chimique du monde à Auschwitz, tirant profit de la main d'½uvre du camp de concentration. Au procès de Nuremberg, 24 responsables de la IG Farben ont été déclarés coupables de génocide, d'esclavage, de pillage et d'autres crimes. Le Tribunal de Nuremberg avait alors scindé la IG Farben en BASF, BAYER et HOECHST. Tous ces anciens responsables furent cependant libérés après leur condamnation en 1952, avec l'aide de Nelson Rockefeller, leur ancien partenaire commercial. Il était alors ministre des Affaires étrangères des U.S.A.
Une fois libérés, les dirigeants d'IG Farben infiltrèrent les plus hauts fonctions de l'économie allemande ; jusque dans les années 70, les PDG des sociétés BASF, BAYER et HOECHST étaient des anciens membres du parti nazi.
Ils financèrent à partir de 1959 le jeune Helmut Kohl.
Avec le support politique de ce dernier, les trois filiales issues d'IG Farben sont actuellement 20 fois plus grandes que la maison mère initiale de 1941.
L'organisation nazie de mondialisation, associée à Rockefeller, est une réussite totale. Depuis longtemps, la planète est quadrillée, organisée et gérée pour assurer une expansion mondiale de la pharmaco-chimie.
Puis, la « tradition » du cartel de la IG Farben s'est poursuivie sous un nouveau nom : Association de l'Industrie Chimique.
En 1955, l'industrie chimique pharmaceutique mondiale s'est regroupée sous les auspices de la Chambre de Commerce Internationale des Nations Unies et du gouvernement allemand. Leurs efforts communs furent camouflés sous le nom de code Codex Alimentarius.
http://protopronx.free.fr
We work from hand to hand, from country to town,
From city to state, from world to world; nigga
From universe to universe

Larm

  • Yog-Sothoth Mucus
  • *
  • Messages: 2240
Sakoland « Réponse #38 le: juillet 25, 2008, 08:26:11 am »
Si on ajoute à ça Monsanto connu pour son agent orange...
Confions notre santé, notre alimentation à ces charmantes personnes  smiley19

dada

  • Extreme Elvis
  • *
  • Messages: 886
Sakoland « Réponse #39 le: juillet 25, 2008, 14:24:22 pm »
"Au Canada, un projet de loi mis de l'avant par l'industrie pharmaceutique vise à proscrire jusqu'à 60 % des produits de santé naturels actuellement vendus au pays, allant même jusqu'à criminaliser les parents qui donnent des plantes médicinales ou des suppléments à leurs enfants. Le projet de loi, connu sous le nom de Bill C-51 et présenté par le ministre canadien de la santé le 8 avril 2008, propose des changements radicaux à la Loi canadienne sur les aliments et drogues et qui pourraient avoir des conséquences dévastatrices sur l'industrie des produits de santé naturels.

Parmi les modifications proposées par le projet de loi on retrouve des modifications radicales aux définitions dont, entre autre, le remplacement dans le texte de loi du mot « drogue » par « produit thérapeutique, » donnant ainsi de plus grands pouvoirs au gouvernement canadien afin qu'il puisse réglementer la vente de toutes les plantes médicinales, les vitamines, les suppléments et autres produits semblables. Par cette simple modification linguistique, tout ce qui est «thérapeutique » devient automatiquement régi par la Loi sur les aliments et drogues. Ça pourrait même inclure l'eau embouteillée, les bleuets, les feuilles de pissenlit et la quasi-totalité des substances dérivées de plantes.

La loi modifie également la définition du mot « vendre » afin d'inclure à cette définition toute personne qui donne de tels produits thérapeutiques à quelqu'un d'autre. Ainsi, une mère qui donne des plantes médicinales à son enfant pourrait, en vertu des nouvelles définitions proposées, être arrêtée pour avoir fait la «vente » non permise et non autorisée de « substances thérapeutiques. » Vous pouvez en apprendre davantage au sujet de ces modifications proposées visant à restreindre les libertés sur le site anglais « Stopc51.com » : http://www.stopc51.com

De nouveaux pouvoirs d'exécution donnés au gouvernement canadien permettront de saisir votre maison ou votre entreprise

Par la même occasion, ce projet de loi C-51 qui rend illégal les plantes médicinales, les vitamines et les suppléments, accordera de nouveaux pouvoirs « d'exécution » alarmants aux délateurs des forces de l'ordre qui prétendent « protéger » le public contre les effets néfastes et non autorisés des « produits thérapeutiques » tels que, par exemple, les feuilles de pissenlit. Tel qu'il est expliqué sur le site anglais http://www.Educate-Yourself.orgwebsite ( http://educate-yourself.org/cn/canadian ...), le projet de loi C-51 permettra aux délateurs des forces de l'ordre du gouvernement canadien:

• de perquisitionner votre maison ou votre entreprise sans mandat;

• de saisir vos comptes bancaires;

• d'imposer des amendes allant jusqu'à 5 millions de dollars et une période d'emprisonnement allant jusqu'à 2 ans et ce, simplement pour avoir vendu des plantes médicinales;

• de confisquer votre propriété et de vous facturer les frais d'entreposage encourus pour stocker les produits qu'ils vous auront volés.

Le projet de loi C-51 criminaliserait même les simples herbes séchées qui se retrouvent dans votre cuisine et qui seraient susceptibles d'être utilisées dans un produit ayant des propriétés médicinales. Ce sera désormais considérée une «activité contrôlée, » et toute personne qui se livrera à de telles « activités contrôlées » sera arrêtée, condamnée à une amende voire même emprisonnée. Les autres « activités contrôlées » comprennent l'étiquetage des bouteilles, la récolte des plantes sur une ferme, la cueillette des herbes dans votre cour arrière, ou même des essais sur vous-même de produits à valeur médicinale! (Oui, pratiquement toutes les activités impliquant des plantes médicinales ou des suppléments seront criminalisées ...)

Mais il y a bien plus. Le projet de loi C-51 représente la « solution finales » du gouvernement canadien contre l'industrie des produits de santé naturels. C'est un effort désespéré qui vise à détruire cette industrie qui menace les bénéfices et la viabilité de la médecine conventionnelle.

La médecine naturelle fonctionne si bien parce qu'elle devient tellement utilisée, que les gouvernements canadien et américain ont décidé d'attaquer cette industrie en votant de nouvelles lois qui ont pour effet de criminaliser toute personne qui vend de tels produits. Ils ne peuvent tout simplement pas tolérer qu'il soit permis aux consommateurs d'avoir un accès simple et facile aux produits naturels. S'ils ne faisaient rien, cela représenterait finalement la destruction de l'exploitation criminelle de l'industrie pharmaceutique, son délabrement et la corruption qui l'entoure de même qu'à ceux qui exploitent de manière criminelle le gouvernement, afin qu'il tente de la protéger."


Source: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9040
Profitez également pour aller lire le tableau du cartel pharmaceutique dressé par The Thing ici:

http://forums.contre-la-pensee-unique.org/viewtopic.php?f=9&t=102

Le Parti Ecolo canadien tire aussi la sonnette d'alarme:

http://www.greenparty.ca/fr/releases/12.05.2008

Ludmila de Hazebrouck

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3359
Sakoland « Réponse #40 le: juillet 25, 2008, 14:50:56 pm »
Citation de: "dada"
"Au Canada, un projet de loi mis de l'avant par l'industrie pharmaceutique vise à proscrire jusqu'à 60 % des produits de santé naturels actuellement vendus au pays, allant même jusqu'à criminaliser les parents qui donnent des plantes médicinales ou des suppléments à leurs enfants. Le projet de loi, connu sous le nom de Bill C-51 et présenté par le ministre canadien de la santé le 8 avril 2008, propose des changements radicaux à la Loi canadienne sur les aliments et drogues et qui pourraient avoir des conséquences dévastatrices sur l'industrie des produits de santé naturels.

Parmi les modifications proposées par le projet de loi on retrouve des modifications radicales aux définitions dont, entre autre, le remplacement dans le texte de loi du mot « drogue » par « produit thérapeutique, » donnant ainsi de plus grands pouvoirs au gouvernement canadien afin qu'il puisse réglementer la vente de toutes les plantes médicinales, les vitamines, les suppléments et autres produits semblables. Par cette simple modification linguistique, tout ce qui est «thérapeutique » devient automatiquement régi par la Loi sur les aliments et drogues. Ça pourrait même inclure l'eau embouteillée, les bleuets, les feuilles de pissenlit et la quasi-totalité des substances dérivées de plantes.

La loi modifie également la définition du mot « vendre » afin d'inclure à cette définition toute personne qui donne de tels produits thérapeutiques à quelqu'un d'autre. Ainsi, une mère qui donne des plantes médicinales à son enfant pourrait, en vertu des nouvelles définitions proposées, être arrêtée pour avoir fait la «vente » non permise et non autorisée de « substances thérapeutiques. » Vous pouvez en apprendre davantage au sujet de ces modifications proposées visant à restreindre les libertés sur le site anglais « Stopc51.com » : http://www.stopc51.com

De nouveaux pouvoirs d'exécution donnés au gouvernement canadien permettront de saisir votre maison ou votre entreprise

Les pères fondateurs de la philosophie américaine du pragmatisme, en particulier Dewey, ont élaboré une philosophie de la technologie, située au carrefour de la théorie et de la pratique, qui éclaire les réflexions d’aujourd’hui sur les rapports entre la technique, l’éthique et la démocratie. Dewey défend une conception extensive de la technologie, qui embrasse aussi bien l’art que la science, et il récuse la hiérarchie du savoir et de la certitude qui place au premier rang la theoria (connaissance), suivi de la praxis (action) et enfin de la poiesis (fabrication). De plus, il refuse le divorce entre théorie et pratique, qui ne sont que des phases différentes d’une enquête intelligente : la théorie est ‘l’acte idéal’, la pratique est ‘l’idée réalisée’. Il rejette par ailleurs l’opposition entre les ‘beaux-arts’ et les ‘arts et métiers’, qui n’est en fait que le produit de la distinction entre fins et moyens. La technologie est selon Dewey une activité doublement technique et sociale d’ajustement au monde, fondée sur la science et destinée à satisfaire des besoins humains. Cependant, Dewey était conscient du fossé entre les deux cultures, de l’impact de la science sur la société au travers de ses développements techniques. C’est pourquoi il estimait qu’un tel danger exige des contreparties, qu’il appelait du nom de ‘techniques morales’.

Par la même occasion, ce projet de loi C-51 qui rend illégal les plantes médicinales, les vitamines et les suppléments, accordera de nouveaux pouvoirs « d'exécution » alarmants aux délateurs des forces de l'ordre qui prétendent « protéger » le public contre les effets néfastes et non autorisés des « produits thérapeutiques » tels que, par exemple, les feuilles de pissenlit. Tel qu'il est expliqué sur le site anglais http://www.Educate-Yourself.orgwebsite ( http://educate-yourself.org/cn/canadian ...), le projet de loi C-51 permettra aux délateurs des forces de l'ordre du gouvernement canadien:

• de perquisitionner votre maison ou votre entreprise sans mandat;

• de saisir vos comptes bancaires;

• d'imposer des amendes allant jusqu'à 5 millions de dollars et une période d'emprisonnement allant jusqu'à 2 ans et ce, simplement pour avoir vendu des plantes médicinales;

• de confisquer votre propriété et de vous facturer les frais d'entreposage encourus pour stocker les produits qu'ils vous auront volés.

Le projet de loi C-51 criminaliserait même les simples herbes séchées qui se retrouvent dans votre cuisine et qui seraient susceptibles d'être utilisées dans un produit ayant des propriétés médicinales. Ce sera désormais considérée une «activité contrôlée, » et toute personne qui se livrera à de telles « activités contrôlées » sera arrêtée, condamnée à une amende voire même emprisonnée. Les autres « activités contrôlées » comprennent l'étiquetage des bouteilles, la récolte des plantes sur une ferme, la cueillette des herbes dans votre cour arrière, ou même des essais sur vous-même de produits à valeur médicinale! (Oui, pratiquement toutes les activités impliquant des plantes médicinales ou des suppléments seront criminalisées ...)

Mais il y a bien plus. Le projet de loi C-51 représente la « solution finales » du gouvernement canadien contre l'industrie des produits de santé naturels. C'est un effort désespéré qui vise à détruire cette industrie qui menace les bénéfices et la viabilité de la médecine conventionnelle.

La médecine naturelle fonctionne si bien parce qu'elle devient tellement utilisée, que les gouvernements canadien et américain ont décidé d'attaquer cette industrie en votant de nouvelles lois qui ont pour effet de criminaliser toute personne qui vend de tels produits. Ils ne peuvent tout simplement pas tolérer qu'il soit permis aux consommateurs d'avoir un accès simple et facile aux produits naturels. S'ils ne faisaient rien, cela représenterait finalement la destruction de l'exploitation criminelle de l'industrie pharmaceutique, son délabrement et la corruption qui l'entoure de même qu'à ceux qui exploitent de manière criminelle le gouvernement, afin qu'il tente de la protéger."


Source: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9040
Profitez également pour aller lire le tableau du cartel pharmaceutique dressé par The Thing ici:

http://forums.contre-la-pensee-unique.org/viewtopic.php?f=9&t=102

Le Parti Ecolo canadien tire aussi la sonnette d'alarme:

http://www.greenparty.ca/fr/releases/12.05.2008


ca rapelle l'histoire du purin d'ortie ton histoire la dada  : ces cons la l'avaient interdit smiley12

dada

  • Extreme Elvis
  • *
  • Messages: 886
Sakoland « Réponse #41 le: juillet 25, 2008, 14:55:12 pm »
Oui, j'avais posté une vidéo à ce sujet d'ailleurs.... mais là ça va beaucoup plus loin.

dada

  • Extreme Elvis
  • *
  • Messages: 886
Sakoland « Réponse #42 le: juillet 27, 2008, 21:49:52 pm »

dada

  • Extreme Elvis
  • *
  • Messages: 886
Sakoland « Réponse #43 le: août 02, 2008, 12:45:09 pm »
http://www.kokopelli.asso.fr/proces-kokopelli/gnis-fnpsp6.html

KOKOPELLI : biodiversité, la fin des illusions
Les verdicts sont tombés : l’association Kokopelli est lourdement condamnée :

    * 12.000€ pour le grainetier Baumaux
    * 23.000€ pour l’état et la fédération des industriels de la semence (FNPSPF).

Il faut être réaliste : les semences que défend l’association Kokopelli, étant maintenues dans l’illégalité par une volonté politique, nous ne pouvions pas gagner ces procès.
Malgré les directives européennes, les avis de l’ONU, du Sénat, de scientifiques, d’agronomes affirmant l’urgence de sauvegarder la biodiversité végétale alimentaire, l’état français refuse de libérer l’accès aux semences anciennes pour tout un chacun.
C’est ce qui permet aujourd’hui aux magistrats d’infliger ces lourdes peines à l’association Kokopelli.

Dans le cas du procès de la SAS Baumaux pour concurrence déloyale, M. Baumaux verra donc son bénéfice de 800.000€ augmenté de 10.000€ et recevra 2.000€ pour ses frais.

L’état français recevra 17.500€ au motif que KOKOPELLI vend des semences illégales, 5.000€ seront consacrés aux frais et à l’information du bon peuple sur les pratiques dangereuses de l’association KOKOPELLI. Les semences qui ont nourri nos grands-parents et qui servent à nous nourrir aujourd’hui par le jeux des croisements, sont donc devenues illégales et dangereuses.

Nous avons eu droit au grenelle de l’environnement : il faut sauver la biodiversité ! alors pourquoi condamner une association qui sauvegarde avec ses adhérents et ses sympathisants, plus de 2500 variétés en risque de disparition ? Pourquoi condamner ces semences dont la FAO reconnaît qu’elles sont une des solutions pour assurer la souveraineté alimentaire, face aux dérèglements climatiques et à l’augmentation de la population mondiale ? Pourquoi les mêmes variétés, selon qu’elles sont vendues par KOKOPELLI ou d’autres opérateurs entraînent condamnation ou mansuétude ? Pourquoi les grandes surfaces vendent des fruits et légumes issus des variétés interdites à KOKOPELLI, en toute impunité (en tout cas à notre connaissance).
Les condamnations infligées à KOKOPELLI
ne sont donc pas à chercher dans la nature des
semences que protège l’association, mais dans ses actions.
L’association propose aux jardiniers, aux paysans, d’être autonomes et responsables, face au vivant. Dans notre société du tout marchandise, c’est intolérable. Le plus grand grief (sous jacent) fait aux semences anciennes ou de pays, est d’être reproductibles et qui plus est adaptables à de très nombreuses conditions de cultures, sans le soutien de l’agro chimie. Voilà la faute de KOKOPELLI : conserver le levain des savoirs populaires, agronomiques et génétiques. A l’heure où l’on veut nous faire croire que le tout hybride, OGM, chimique, énergie fossile, sont les seules possibilités d’assurer notre alimentation, propager l’autonomie semencière par l’exemple est devenu répréhensible. Ce qu’il faut retenir de ces condamnations, c’est la volonté affichée d ‘éradiquer les alternatives techniques et semencières autonomes.

Depuis 15 ans, KOKOPELLI protège la diversité de nos jardins, de nos champs, de nos assiettes, tout en essayant de faire évoluer le cadre juridique vers une reconnaissance de la valeur agronomique et culturelle des variétés reproductibles : L’ETAT FRANÇAIS NOUS A FAIT ECHOUER. Aujourd’hui, la disparition potentielle de KOKOPELLI ouvre un boulevard à l’uniformisation culturelle et productiviste agricole. La disparition de la « vraie » biodiversité basée sur la variabilité génétique d’une multitude de variétés locales ne sera jamais, et de très loin, compensée par la multiplicité de quelques variétés clonées.
Il est intéressant de noter la similitude des actions et de la répression envers les faucheurs volontaires, les amis de l’ortie, les défenseurs de l’herboristerie et KOKOPELLI : chacun cherche à sa façon, à protéger et promouvoir la vie et la continuité des savoirs. Pour notre gouvernement, tout cela est devenu répréhensible ! Face à ses contradictions, entre ses déclarations enflammées du Grenelle de l’Environnement et les condamnations qu’il obtient contre les défenseurs de la biodiversité, gageons que l’état français mettra un point d’honneur à prendre en réelle considération le devenir des générations futures.

L’association KOKOPELLI a toujours proposé la résistance fertile non violente et le dialogue, peut-être étions-nous trop en avance ? Mais maintenant, sauver la biodiversité est d’une extrême urgence. Si l’agriculture productiviste que protége le gouvernement se trompe, vous trompe, nous trompe, quelle stratégie de repli aurons-nous ? Si nos élus ont contribué à éradiquer notre patrimoine semencier alimentaire ?

La solution est dans votre camp, mesdames et messieurs nos gouvernants. Une fois, vous avez pu revendiquer « responsables, mais pas coupables ». Devant la faim du peuple, cet argument ne tient pas.
N’obscurcissez pas l’avenir, il l’est déjà suffisamment.
Mais peut-être faut-il lancer un appel : aux semences, citoyens !
Raoul JACQUIN

Ludmila de Hazebrouck

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3359
Sakoland « Réponse #44 le: août 02, 2008, 14:52:34 pm »
c un vieux truc ou non ca ?  smiley8 Car kokopelli avait déjà été condamné l'an passé si je ne me m'abuse pas  smiley17