Auteur Sujet: Les récits du Lion Bleuflorophage  (Lu 2343 fois)

dröne

  • Miguou des Ténèbres
  • *
  • Messages: 1294
Les récits du Lion Bleuflorophage « le: mai 27, 2006, 20:39:28 pm »
Les récits du Lion Bleuflorophage sont écrits par ma muse à moi que j'ai (me). C'est des nouvelles, courtes, entre récits fantastiques et anthropo-fiction.

C'est là :

http://www.drone-zone.org/html/modules.php?name=Content&pa=showpage&pid=45

C'est pas à moi qu'il faudra dire ce que vous en pensez, mais au Lion Bleuflorophage. Mais comme je sais qu'elle n'aime pas les forums, et qu'elle n'a aucune chance de passer par ici, faudra vous débrouiller avec cette absence d'interlocutrice.

Bonne lecture quand même !

+A+
drÖne
Juste l'ordre

Sigmund Stella Artois

  • Hastur Vomitron
  • *
  • Messages: 1136
Les récits du Lion Bleuflorophage « Réponse #1 le: novembre 20, 2007, 10:49:25 am »
Bourgoi égris du zezi, Tröne ? smiley8 Beux-du egzbliguer ze bassache ?
Citation de: "Dröne"

Nul ne peut évidemment véritablement savoir ce qu'a choisi le Karh à la seconde de sa mort, mais la possibilité d'assister à une mort est un événement de première importance pour les Exégètes Karhs. Ce qu'ils lisent sur le visage du Karhs occupé à lire son crâne est cette joie ou ce désespoir perçu et réfléchi par le mourant. L'expression de son propre crâne en sera peut-être déterminée secrètement, par la suite, si bien qu'il se développe un véritable marché noir du crâne. Les exégètes corrompus laissent se développer l'idée vraie ou fausse selon laquelle certains crânes portent véritablement la joie ou le désespoir que leur propriétaires ont perçus et ressentis au plus profond au moment de la mort, face à un autre crâne. Dès lors, les Karhs porteurs des crânes des paradisiens multiplieraient leurs chances. Bernard Thévenet n'a pas manqué, dans ce contexte, de fasciner les Karhs, qui ont attendu manifestement sa mort pour expérimenter une configuration toute nouvelle dans leur culte et vertigineusement prometteuse : observer la mort d'un incroyant, et récupérer son crâne, qui casserait ainsi la récurrence de la croyance et de ses effets sur les destinées posthumes des Karhs. Bernard Thévenet n'a pas manqué de percevoir la situation, ce que reflète son journal de façon déchirante, mais il semble même qu'il ait eu à un moment intérêt personnel à tenter d'adhérer au culte du crâne. Mais le dogme du choix reste central, dans le doute, entretenu par les générations de philosophes Karhs hostiles à toute forme de fatalisme ou de pré-détermination.
Der Hirsch hat ein neues Geweih aufgesetzt