Auteur Sujet: vrp mon amour  (Lu 5511 fois)

Larm

  • Yog-Sothoth Mucus
  • *
  • Messages: 2240
vrp mon amour « le: novembre 10, 2005, 15:02:46 pm »
Depuis 5 ans, la vie est un recommencement sans fin. Les animateurs télé changent rarement, les émissions aussi même si le décor est différent.
La vie est monotone.
Le chat d'Emilie est mort. Son mari aussi.
Elle l'a chéri durant 60 ans de mariage, en bonne femme au foyer. Toutes ses journées étaient occupées par la poussière et la cuisine. Sans compter l'élevage de ses 2 enfants. Leur apprendre les bonnes manières et tout ça.
Depuis 5 ans, celui qui lui donnait des nouvelles du monde extérieur est parti. Celui qui lui apportait ce qui lui manquait, celui qui la complètait, son négatif. Ce fut inattendu. Trop brusque pour qu'elle puisse tout comprendre.
Elle s'est retrouvée face à son manque d'autonomie alors qu'il lui avait promis de partir le dernier. Emilie n'osait s'avouer qu'elle lui en voulait un peu... ça ne fait pas partie des bonnes manières, des choses convenables. Mais quand même. Elle, seule, à son age.
Ses 2 adorables enfants venaient souvent lui rendre visite les 2 premières années. Elle ne s'est pas rendue compte qu'elle leur racontait toujours les mêmes histoires à chaque rencontre. Ils se sont lassés. Ils l'ont oubliée.
Elle n'ose pas les rappeler, le spectre de la maison de retraite. L'angoisse de finir à moisir dans une décharge humaine. Là où la mort rôde et vous cligne de l'oeil à chaque fois qu'elle embarque un de vos congénères.
Alors elle reste là, à observer le monde, enfin sa représentation télévisée...

Mais depuis 2 jours, elle se lève le matin avec le sourire. Elle a rencontré un jeune homme. Il est devenu son amant. Du moins dans sa tête. Tout a commencé par un coup de fil. Elle fixait l'écran de son téléviseur 16/9e, cadeau de son fils avant qu'il ne la chasse de ses souvenirs. L'avantage d'un écran de ce type est que l'oeil de l'hypnotiseur est plus grand, on a donc plus de chance de s'y faire happer. Passait une série américaine où des policiers bronzés à lunettes de soleil traquaient des malfrats antipathiques ; le tout avec une désinvolture impressionnante bien entendu.
Une partie de son cerveau anesthésié, elle ne réagit pas immédiatement à la sonnerie pourtant stridente et brusque.
Quand elle en prend conscience, elle se demande qui peut bien l'appeler. Sans doute une erreur qui la replongera dans ce qu'elle essaye de fuir, dans ce qu'elle refuse de voir : sa solitude.
Elle décroche. C'est un homme, un jeune homme. Il dit travailler pour un catalogue bien connu de vente par correspondance. A l'évocation du nom du catalogue, elle se sent en confiance, elle connaît ce nom depuis des années, des décennies, et il lui est familier.
Le jeune homme connaît sa situation, il fait allusion à sa solitude. Il se dit compatissant. Emilie en a presque les larmes aux yeux.
Ce n'est pourtant qu'une phrase préécrite qu'un "jeune" lit à défaut de l'avoir apprise par coeur, dans son centre d'appel... Mais elle ne le sait pas.
Sa voix l'envoute. Lui réchauffe le coeur. Il faut qu'ils restent ensemble, le plus longtemps possible en ligne. Elle se sent si bien, au centre de l'attention de quelqu'un. Ca faisait tellement longtemps que ça ne lui était pas arrivé...
Le jeune homme continue à parler. Il lui demande si elle a le catalogue. Si elle répond oui, la discussion pourrait être écourtée... Il pourrait lui conseiller certaines pages et s'en tenir là (par timidité bien entendu). Si elle lui répond non, il lui proposera certainement de lui en faire parvenir un, elle verrait peut être sa signature, son nom... et il la rappellerait de nouveau pour s'assurer qu'elle l'a reçu...
- Non.
Il paraît étonné. Il reste chaleureux, elle boit ses paroles. Elle lui donne ses coordonnées postales, ils se disent au revoir, ils raccrochent.
Cela fait deux jours.
Durant ces deux jours, l'oeil est transparent, elle regarde le mur à travers l'écran, nageant dans les représentations que son esprit esseulé se fait de son (futur) amant. Il est doux. Il est beau. Il a de bonnes manières. Il ne voit pas le temps sur sa peau mais l'éternelle jeunesse de ses 20 ans. Il l'emmènerait en voyage, voir tout ce qu'elle rêve de voir accompagnée : Las Vegas, les grands magasins à Paris, les villes vues du hublot d'un avion, la tour de la chaîne télévisée qu'elle aime tant, les défilés de haute couture...
Elle a même retrouvé l'appétit, l'envie de se pomponner. Elle a ressorti son maquillage et s'en est bombardé le visage, à l'excès, mais rien n'est de trop pour sa renaissance, pour son amour.
Le facteur s'éloigne de sa boîte aux lettres. Elle sort dans son jardin avec sa plus belle robe : peut-être son promis l'épie-t-elle ?
Le catalogue est arrivé. Sitôt à l'abri des regards, elle déchire le cellophane et cherche une trace, un écrit, un nom. Rien de personnel.
Une lettre manuscrite tirée à plusieurs exemplaires avec la signature du directeur, elle aussi photocopiée.
Elle est déçue. Mais pas désespérée. Il va la rappeler. Elle en est sûre. Il a une excuse facile : "Avez-vous reçu le catalogue que je vous ai envoyé ?"
Les heures passent, elle se sent redevenir l'adolescente fébrile qui guette son téléphone avec impatience.
Son appétit est maintenant troublé, le stress de l'excitation la tenaille. Son sommeil aussi en patit. La tête remplie de "et si", elle parvient à chuter, à 2h du matin.
Le téléphone ne sonnera pas le lendemain.
Elle le vérifiera, la tonalité, le cable, le niveau de la sonnerie, il fonctionne pourtant.
Les jours passeront. Sa solitude sera moins supportable, elle s'accrochera coute que coute à cette voix. Passer une commande, lui montrer qu'elle existe encore, Emilie, femme qui ne peut vivre sans espoir, femme qui ne peut se résigner à mourir seule, femme qui ne peut accepter son abandon.
A chaque coup de cafard, les larmes saccagent la couche de maquillage.
Maquillage qu'elle n'appliquera bientôt plus sur son visage,
lasse.
Et le bon de commande s'envole
avec son non-dit que personne ne veut entendre.
"Au secours".

adose

  • Human Pâté
  • *
  • Messages: 126
vrp mon amour « Réponse #1 le: novembre 10, 2005, 19:38:43 pm »
je suis pas sure de pouvoir être constructif, mais ton texte m'à bien parlé!

Ca me rapelle ma mamie  smiley4
Au pays des aveugles, les borgnes sont mal vu!

dridri_a_bangui

  • Extreme Elvis
  • *
  • Messages: 827
la classe « Réponse #2 le: novembre 11, 2005, 09:23:03 am »
T'écris bien mon vieux !
Moi j'ai pensé un peu à la mamie dans "Requiem for a dream", juste un peu.
Mais c'est triste quand même. Putain j'ai même pas trente pige, mais ça me fout les boules terrible de vieillir.
Enfin… bravo pour ton style, c'est chouette
" {…} Est-ce que Dieu a un style ? "
Picasso

Larm

  • Yog-Sothoth Mucus
  • *
  • Messages: 2240
vrp mon amour « Réponse #3 le: novembre 11, 2005, 12:45:43 pm »
smiley16
ouais en le relisant j'ai aussi un peu pensé à la mère dans requiem, à ma mamie et à mon grand père.
Putain de vieillesse ! Putain de solitude ! Putains de commerciaux !

Le texte semble vous toucher apparemment. C'est chouette !

vendredi

  • Invincible Doner Kebab
  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 9424
vrp mon amour « Réponse #4 le: novembre 11, 2005, 15:12:24 pm »
c'est bien observé. c'est juste, sordide et un peu romantique...
c'est marrant d'avoir imaginé une histoire comme ça sur un thème aussi crétin que la vente par correspondance.
"L'infamie perce et laisse des trous...."
TT________KKK________$$

Larm

  • Yog-Sothoth Mucus
  • *
  • Messages: 2240
vrp mon amour « Réponse #5 le: novembre 11, 2005, 19:04:34 pm »
smiley16
Pour le thème de la vpc, c'est un ami qui a fait ce type de job lors de ses multiples missions d'intérim. Il m'a expliqué vite fait comment ça se passait et j'ai imaginé ça.

sqaw lee

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 17248
vrp mon amour « Réponse #6 le: novembre 13, 2005, 21:54:46 pm »
c'est super triste ça me déprime smiley11

me fait aussi pensé à la maman dans requiem for a dream, ce film est une horreur ça retourne bien les boyaux
en tout c'est très bien écrit Larm, tu as bien su retranscrire tout le désespoir qui se dégage des fantasmes dans laquelle une personne se réfugie pour rendre sa sollitude plus douce..bouh

Le caca ne fait pas tourner la terre, mais rend l'amour plus agréable !
Poil pour tous et tous à poil !
J'ai fait kk à ikea !
Les rêves sont au cerveau ce que le caca est aux intestins !
ça a l'air bien pour ceux qui aime bien!

Larm

  • Yog-Sothoth Mucus
  • *
  • Messages: 2240
vrp mon amour « Réponse #7 le: novembre 14, 2005, 09:35:37 am »
Citation de: "SQallY"
c'est super triste ça me déprime smiley11

Oups désolé...
En même temps faut avouer que moi aussi il me déprime quand je le relis...

"j'me fais chialler tout seul"  smiley5  (référence i am 2e album)

mad meg

  • Vortex Chorizo
  • *
  • Messages: 70
vrp mon amour « Réponse #8 le: janvier 09, 2006, 01:10:43 am »
j'ai bien aimer ton texte Larm, réaliste et ton style est agréable.

Ma grand mère achetait beaucoup de trucs par corresondance je comprend enfin ce gout, grace à toi.

Larm

  • Yog-Sothoth Mucus
  • *
  • Messages: 2240
vrp mon amour « Réponse #9 le: janvier 09, 2006, 09:35:04 am »
Merci  smiley23
En même temps si ça se trouve ta grand mère achetait via les catalogues pour recevoir les cadeaux genre la petite horloge à pile ou la calculatrice solaire... J'en ai pas parlé mais ça arrive aussi ça.

A toutes les victimes des cadeaux blancheporte...  :horror:

mad meg

  • Vortex Chorizo
  • *
  • Messages: 70
vrp mon amour « Réponse #10 le: janvier 09, 2006, 22:17:13 pm »
une fois elle m'avait montrer une super chaine HI-FI offerte pour 30 francs d'achats à la redoute. Elle voulait l'offrir à ma cousine pour un noel, sur la photo on voyait les enceintes, une platine de disques vinyles, double cassettes etc tout le bazard. En fait le machin etait un petit radio reveil tout pourris qui avait la forme d'une chaine HI-FI en model réduit. On captais meme pas bien la radio avec.
smiley7

Quant j'ai vu la photo j'avais trouvé que ma cousine avait bien de la chance...

osc

  • Pape du Funk
  • *
  • Messages: 664
vrp mon amour « Réponse #11 le: janvier 15, 2006, 23:49:24 pm »
Citer
Elle ne s'est pas rendue compte qu'elle leur racontait toujours les mêmes histoires à chaque rencontre. Ils se sont lassés. Ils l'ont oubliée.


snif.... ça metterait presque mal à l'aise !

Ludmila de Hazebrouck

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3359
Re: la classe « Réponse #12 le: février 26, 2007, 18:23:04 pm »
Citation de: "dridri_a_bangui"
T'écris bien mon vieux !
Moi j'ai pensé un peu à la mamie dans "Requiem for a dream", juste un peu.
Mais c'est triste quand même. Putain j'ai même pas trente pige, mais ça me fout les boules terrible de vieillir.
Enfin… bravo pour ton style, c'est chouette


Pareil, ca ma fait pensée à Requiem for a dream...  smiley17  smiley17



Larm

  • Yog-Sothoth Mucus
  • *
  • Messages: 2240
vrp mon amour « Réponse #13 le: février 26, 2007, 23:28:12 pm »
Waouh ça fait bizarre de se relire tant de temps après  smiley17
Merci Ludmila de l'avoir déterré  smiley15

...
Ptain... j'écris des trucs vraiment glauques  :hummm:  smiley6