Auteur Sujet: Tu l'as lu mon cul ?  (Lu 274851 fois)

gorellaume

  • Dagon Morvus
  • *
  • Messages: 2854
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1080 le: février 08, 2012, 11:07:36 am »
Annie Ernaux est dans La Place, tout baigne . smiley6

mysh3l

  • Vomistrouzte Bouleturg
  • *
  • Messages: 5134
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1081 le: février 19, 2012, 16:02:53 pm »
oui un très beau bouquin qu'il est bien.

Staross

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3468
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1082 le: mars 23, 2012, 16:08:31 pm »
Gagner la Guerre - Jean-Philippe Jaworski

Très bien écrit, avec un style assez marqué. L'histoire est un peu tintin milou par moments mais j'ai bien aimé.



Citer
« Je n’ai jamais aimé la mer.
 Croyez-moi, les paltoquets qui se gargarisent sur la beauté des flots, ils n’ont jamais posé le pied sur une galère. La mer, ça secoue comme une rosse mal débourrée, ça crache et ça gifle comme une catin acariâtre, ça se soulève et ça retombe comme un tombereau sur une ornière ; et c’est plus gras, c’est plus trouble et plus limoneux que le pot d’aisance de feu ma grand-maman. Beauté des horizons changeants et souffle du grand large ? Foutaises ! La mer, c’est votre cuite la plus calamiteuse, en pire et sans l’ivresse.
 Je n’ai jamais aimé la mer, et ce n’était pas près de s’arranger. »

gorellaume

  • Dagon Morvus
  • *
  • Messages: 2854
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1083 le: mars 23, 2012, 19:43:40 pm »
La mer, c’est votre cuite la plus calamiteuse, en pire et sans l’ivresse smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14 smiley14

!dje!

  • Nyarlathotep Fongus
  • *
  • Messages: 1631
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1084 le: mars 27, 2012, 15:13:19 pm »
J'ai lu La possibilité d'un île, Les particules élémentaires et Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq et je me suis régalé.

In Girum Imus Nocte Et Consumimur Igni.

Staross

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3468
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1085 le: juin 20, 2012, 23:31:14 pm »
Portrait du colonialiste : l'effet boomerang de sa violence et de ses destructions - Jérémie Piolat



Citer
Pourquoi ne m'a-t-on pas appris à danser ou à chanter dans la rue? Pouquoi n'y a-t-il pas de danses à transmettre dans nos rues? Pourquoi nos rues se sont-elles vidées de leur chants et danses? Quand cela s'est-il passé et comment?

Assez intéressant dans l'ensemble. La thèse en gros c'est que les français (les populations occidentales en général) ont subie une destruction massive de leur culture populaire, jusqu'à rendre nos corps complètement "analphabètes". On peut se rendre compte de l'ampleur de cette destruction en comparant les cultures populaires encore vivante ailleurs dans le monde. Ce processus serait lié à la colonisation, une sorte de colonisation interne, et première.

http://rutube.ru/tracks/5519875.html

mysh3l

  • Vomistrouzte Bouleturg
  • *
  • Messages: 5134
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1086 le: juin 21, 2012, 00:49:40 am »
Mémoires d'un vieux Con
Roland Topor

bah c'est vrai que c'est un vieux con et ça fait grave plaisir.
Citer
« Les jeunes m’ont déçu. Ils meurent trop tôt. On n’a pas le temps de s’attacher à eux. » Ainsi s’exprime le narrateur des Mémoires d’un vieux con, artiste de génie aux talents multiples qui traversa le XXe siècle en fréquentant tous les plus grands, inventant au passage le glissisme, le ponctualisme, sans oublier le cubisme (à plusieurs reprises !). Lorsqu’il n’écrit pas le Manifeste du surréalisme ou Histoire d’O, il peint Guernica ou compose Porgy and Bess. Sans lui, ni Méliès, ni Picasso, ni Breton, ni Malraux, ni Trotski, ni Warhol, ni… (voir la « liste des noms cités » en fin de volume) ne seraient devenus ce qu’ils sont. Sommet de la parodie, les Mémoires d’un vieux con sonnent le glas d’un « genre » qui est une véritable plaie : les mémoires prétentieuses. Une œuvre de salubrité publique !

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
La casse des immeubles « Réponse #1087 le: juin 03, 2013, 16:06:05 pm »
- Comès : L'ombre du corbeau (1975), un classique de la BD franco-belge (dont l'auteur est mort récemment), sur l'histoire d'un soldat allemand qui survit en 1915 à un bombardement français dans un no man's land et qui tombe par hasard sur une maison cossue où une famille a été miraculeusement épargnée, du grand art, une réussite du fantastique !



- Zola : La Curée (1873), très bon roman qui oscille entre spéculations immobilières du début du Second Empire et débauche de la haute à tout va



- Daniel Dériot : D'une heure à l'autre derrière les barreaux (2000), témoignage de quelqu'un qui a passé quelques mois en détention préventive en Bourgogne, période suffisante pour lui démolir la vie bien qu'il ait été innocenté par la suite. Le ton est un peu naïf et très empreint de religiosité mais le témoignage demeure intéressant en abordant le sujet de l'impasse qu'est le recours systématique à l'incarcération en France à notre époque



- Pascal Dessaint : Du bruit sous le silence (1999), un polar français qui se déroule dans le milieu du rugby toulousain. Malgré une bonne idée de base (une double narration par des personnages qui vivent des situations similaires), c'est complètement bouffi des clichés du polar français à la Poulpe (citations culturelles expliquées, humour téléphoné, scènes de sexe ridicules, etc.), bref, un ratage complet

En France, les chômeurs exploitent les patrons

Super Riton

  • Nyarlathotep Fongus
  • *
  • Messages: 1617
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1088 le: juin 03, 2013, 16:33:31 pm »
ho un monsieur deschodt! bonjour!
hexakosioihexekontahexaphile

über allez là!

makam

  • CromCruach Spagetooz
  • *
  • Messages: 3441
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1089 le: juin 03, 2013, 17:40:11 pm »
si ca c'est pas un complot...

"Vous connaissez James Brown, moi c'est l'contraire, je suis blanc et je suis pas fier" Programme

mysh3l

  • Vomistrouzte Bouleturg
  • *
  • Messages: 5134
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1090 le: juin 03, 2013, 23:42:33 pm »
Planquez-vous, Jere, disparu du forum depuis fiouuuuuuuuuuh, va bientôt revenir nous renvoyer des tabourets!
À noter que le sieur Deschodt n'a même pas cité Lucien Samary pour tous (bien entendu).
Aurait-il perdu ses vieilles habitudes!

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
spectres et esprits malins « Réponse #1091 le: juin 05, 2013, 18:43:10 pm »
Lucien Samary a été très occupé lors du printemps chaud bouillant par chez toi (il était l'un des fondateurs de La Classe mais en est devenu une des parties contestataires ensuite). Toujours en colère, le père Lucien, il m'a envoyé un petit compte-rendu bien énervé l'autre fois, il trouve que les keufs y sont pires qu'en Hexagone, je ne sais pas ce que tu en penses de ton côté, mon cher Mich'Houguysmiley17


Ci-dessous, Lucien, reconnaissable à sa casquette à carreaux dans la foule (cliché issue de La Presse)



et on le voit aussi sur l'image de la vidéo ci-dessous


Mayday 2013


Citation de: Lucien Samary
Hier c'était la manif du premier mai. On a eu le droit à 200 m de marche, puis la police a chargé et nous a repoussé dans un piège où elle nous attendait. Ils ont encerclé plus de 450 personnes ainsi que ma saucisse, un piège que la police appelle une "souricière". Ça a pris 7 heures en tout, 4h dans la souricière et 3 heures menottés dans des bus (15 en tout) de la société des transports publics de montréal. Un sacrifice d'élan à la pleine lune, j'en rêve sur une pierre ruisselante de sang ! Certains amis qui avaient déjà été arrêtés, ont passé la nuit et la matinée en garde à vue.

Mes poignets après 3h de menottes.

Dans la souricière, c'était la fête par contre, on chante et on étend son réseau social  :brumf: Comme ils ont aussi arrêté la fanfarre de la manif ainsi que des médias indépendants qui diffusaient en directe l'arrestation, on pouvait chanter et faire coucou à nos potes qui avaient échappé au piège. Un sacrifice d'élan à la pleine lune, j'en rêve sur une pierre ruisselante de sang ! De temps en temps on essayait de s'opposer aux flics qui entraient dans la souricière pour arrêter et matraquer du monde ayant l'air louche (habillé en noir ça suffit pour avoir l'air louche) et les coups de la police fusaient. D'ailleurs un gars arrêté s'est fait isoler et traiter "à part" parce qu'il a dit à un flic "vous vous rendez compte comme on est gentil à Montréal ? En Égypte les policiers prennent des cocktails Molotov", le flic a souri et a appelé un collègue pour lui dire "il faut allez chercher le chef et sa saucisse parce que ce gars là, il m'a fait des menaces de mort"...

Dans le pays entier, les bonnes gens applaudissent quand ils voient ma saucisse. Ils bouffent tout ce que les médias leur font avaler à ce sujet, y a pas que ma saucisse qui leur plaît. Le Québec est pourri jusqu'à l'os et absolument fasciste. J'en peux plus, foutredieu...

Je crois qu'un Français aura du mal à se rendre compte. Il est désormais interdit de manifester si les motifs de la manifestation sont politiques (remarquez, même quand c'est pas politique : http://www.ledevoir.com/societe/education/377186/la-police-intervient-pour-mater-une-manifestation-de-parents ), ou si les grosses centrales syndicales, domestiquées par le pouvoir, n'organisent pas la manif. Pour les émeutes récurantes de sorties de match de hockey, pas de problème, la police n'a jamais effectué d'arrestation de masse ni distribué de contraventions, et a annoncé dans les médias qu'elle ne compte pas le faire (en disant "vous comprenez, la saucisse de notre chef n'est pas pareille que celle des autres Canadiens". On a compris, oui), alors que ça cause de gros dégâts en bourgade où des vitrines sont saccagées et des voitures cassées par des meutes avinées.

Les méthodes québécoises pour mater les manifestations (technique dite de la "souricière" qui consiste à pousser ou attirer les manifestants vers un piège, comme des souris, selon les termes de la Police de Montréal, et à arrêter tout le monde) sont illégales en France (bien que pratiquées), et l'ONU a mis le Québec sous surveillance pour entrave au droit d'expression. En 2013, 1200 personnes on été arrêtées comme ça, pour un réglement municipale (avec, à chaque fois, 500 euro d'amende), au Québec, et 3000 autres l'années dernière. C'est énorme, multiplie par 10 si tu veux comparer avec la France. La violence de la répression n'a aucun sens, aucun. Une amie bloque 5 min. un pont avec une bannière, elle est enfermée 3 jours et elle attend son procès pour, peut-être, partir en prison. Un ami se fait accuser à tort d'avoir lancé une pierre sur un policier, il attend son jugement depuis un an, celui-ci vient d'être repoussé de 6 mois (car le jour du procès, ils n'avaient pas pensé à convoquer aussi un juge). En attendant, ces gens sont sous le coup de "conditions" parfois très dures (interdiction d'aller dans le centre bourgade, couvre-feu à 22h, interdiction de quitter le Québec ou de rencontrer les camarades avec qui ils se sont fait arrêter, etc. Franchement, un sacrifice d'élan à la pleine lune, j'en rêve sur une pierre ruisselante de sang !) Ces cas se comptent par centaines ou par milliers depuis l'année dernière, c'est hallucinant.

Après il y a des similitudes avec la France, c'est certain (les flics visent le visage à bout portant avec leurs fusils à balles de caoutchouc, par exemple), mais l'ambiance est bien plus malsaine que tout ce que j'ai vécu en France avec ma saucisse.
En France, les chômeurs exploitent les patrons

mysh3l

  • Vomistrouzte Bouleturg
  • *
  • Messages: 5134
Re : "Plouet Fraci" « Réponse #1092 le: juin 06, 2013, 15:00:06 pm »
je ne peux qu'acquiescer les propos de Lucien qui dormait pas loin de chez moi "hier encore"...
http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2013/06/06/002-saint-henri-logements-sociaux-occupation.shtml

Alain Deschodt

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10351
Dissipation des brumes matinales « Réponse #1093 le: décembre 16, 2013, 01:35:27 am »
- Jerzy Kosinsky : L'oiseau bariolé (1966), un roman terrible sur la jeunesse d'un garçon pendant la Seconde Guerre Mondiale dans les campagnes d'un pays de l'Est (la Pologne). Un conte très violent, plein d'aventures et glaçant !



- Sorj Chalandon : Mon Traître (2007), un roman qui se déroule sur trente ans en Irlande du Nord, des annes 70 à nos jours, l'histoire d'une traitrise au sein de l'IRA et d'un luthier français qui prend fait et cause pour le mouvement nationaliste anti-britannique. Si l'écriture est bien sans plus, les peintures psychologiques sont assez fines, notamment celle du Français qui peut faire tout ce qu'il veut, il ne sera jamais Irlandais. Pas mal donc, dans un des plus noirs contextes historiques européens d'après-guerre



- Robert Bloch : L'écharpe (1947), très bon polar où l'on se met dans la peau de l'assassin



- Jean-Paul Gouteux : Un génocide sans importance, la Françafrique au Rwanda (2001), livre accablant sur la présence de la France au Rwanda avant et pendant le génocide (avec au premier rang, Mitterrand, Balladur, Juppé, Védrine, Debarge, etc.) et sur ses efforts pour ne pas être mise en cause par la justice ainsi que les génocidaires principaux qu'elle protégeait



Gabriel Chevallier : Clochemerle (1935), chef-d'oeuvre, un style de haute volée et un fond rabelaisien génial, je connaissais de nom puisque c'est passé dans le langage commun mais c'est une heureuse surprise, quelle banane ! 

En France, les chômeurs exploitent les patrons

riz

  • Velextrut sarcoma
  • *
  • Messages: 10231
Re : Tu l'as lu mon cul ? « Réponse #1094 le: janvier 08, 2014, 10:18:25 am »
En ce moment je suis assez friand de robinsonades et autres bouquin post apo.




Malevil - Robert Merle

À la suite d'une explosion, sans doute nucléaire, qui a selon toute vraisemblance ravagé la Terre entière, Emmanuel Comte et ses six compagnons (La Menou, Momo, Peyssou, Meyssonnier, Colin et Thomas) font du château de Malevil, dont la profonde cave leur a permis de survivre, la base de départ de leurs efforts de reconstruction de la civilisation, qui passera également par l'affrontement avec d'autres groupes de survivants, que ce soient des bandes errantes ou des groupes structurés nomades ou sédentaires.

Du post apocalyptique à la française , un classique apparemment, vraiment classe, c'est pas particulièrement sombre et la catastrophe du départ est avant tout un prétexte pour aborder des thêmes politiques  (place de la femme, science, religion, ... ) Une adaptation ciné existe mais n'est pas du tout fidèle au livre.



Le Mur Invisible - Marlène Haushofner

Après une catastrophe planétaire, l'héroïne se retrouve seule dans un chalet en pleine forêt autrichienne, séparée du reste du monde par un mur invisible au-delà duquel toute vie semble s'être pétrifiée durant la nuit. Tel un moderne Robinson, elle organise sa survie en compagnie de quelques animaux familiers, prend en main son destin dans un combat quotidien contre la forêt, les intempéries et la maladie. Et ce qui aurait pu être un simple exercice de style sur un thème à la mode prend dès lors la dimension d'une aventure bouleversante où le labeur, la solitude et la peur constituent les conditions de l'expérience humaine.

Du post apocalyptique à l'autrichienne , un classique apparemment, vraiment classe, c'est pas particulièrement sombre et la catastrophe du départ est avant tout un prétexte pour aborder des thêmes sociaux  (rapport homme / nature, solitude, isolument, ... ) Une adaptation ciné existe mais je l'ai pas encore vu. C'est vraiment une expérience de lecture assez particulière , on reste scotché alors qu'il ne se passe vraiment pas grand chose.


Dans le même genre , je vais essayer de me chopper Cygnis de Vincent Gessler.