Auteur Sujet: Des transmissions de pensée plus rapides que la lumière.  (Lu 1203 fois)

DARBY MULLINS

  • Vicomte des Abysses
  • *
  • Messages: 436
Des transmissions de pensée plus rapides que la lumière. « le: août 03, 2010, 00:34:34 am »

*Allison Parks dans la piscine du MOA, été 1965 *

312. Cailloux portés à l'oreille. Il suffit d'entendre la matière pour
voir que le langage est double. (Valère Novarina)

Fils de paysan du Kentucky, Edgar Cayse fut atteint très jeune d'un
mal mystérieux_ convulsions, fièvre, profond coma. Le cas était
désespéré, et pour Von Däniken, neurologue et médecin de famille,
le cas était désespérant ; il avait épuisé son stock de diagnostics et
d'accessoires thérapeutiques (ventilation mécanique, sondes
digestives, traitement anticoagulant, etc...) et allait abandonner
quand Edgar se mit à lui parler. Indiquant les causes de son mal,
nommant les remèdes dont il avait besoin et demandant même
qu'on lui enduise la colonne vertébrale d'une crème dont il nomma
les composants. Von Däniken saisit l'occasion de vider un peu plus
le compte bancaire de la famille Cayse, très attaché à leur fils
unique. Edgar guérit et Von Däniken devint un plus riche mais
l'affaire fut ébruitée, et la MOA (Medical Oservation Association )
forma une commission chargée de rédiger un compte rendu
minutieux. De fait sous hypnose; Edgar Cayce disposait de
connaissances et de facultés qui requièrent normalement la
collaboration de tout un équipe de spécialistes.
................................................
séance du 15 oct 1968 : Docteur Allison Parks.
M.O.A.
Observer, enregistrer, constater.

Edgar dit qu'il a l'impression de pouvoir se mettre en relation avec
n'importe quel cerveau et de lui soustraire les informations dont il a
besoin pour prononcer un diagnostic. Il dit qu'il n'est lui même
qu'une infime fraction d'un ensemble de cerveaux.

................................................

Conformément aux calculs, les données recueillies auprès d'Edgar
furent entrées dans le supercalculateurs Jaguar du MOA (un des
plus, sinon le plus compliqué des cerveaux mécaniques jamais
crées, doté de 234 000 cœurs qui fonc­tion­nent à la vitesse de 2,6
GHz, Jaguar fait quel­que chose de dif­fé­rent 2 600 000 000 de fois
par seconde, sa caractéristique essentielle étant tirée d'un principe
à vir­gule flot­tante par seconde.). Tout fut préparé et un ensemble
de prothèses actives constituées de fibres nerveuses fut connecté
entre Edgar Cayse (sous hypnose) et le supercalculateurs du MOA.
 Selon la procédure le Docteur Parks glissa le rapport-disque dans
la machine. Une vibration continue, lumineuse et sonore envoyait
des vagues entières de calculs. Le corps d'Edgar Cayse vibrait
dans un flux d'après-coup, d'absence, d'intervalle, de duel, et de
mort. Dans un bruissement terrifiant, la machine cherchait à savoir;
comment d'une part désactiver les éléments corticaux du cerveau
d'Edgar Cayse mais surtout a établir une suite de conclusions
logiques entre le rapport-disque du Dr Parks et le corps-mémoire de
 Cayse. Car ce n'est qu'après cette étape que la MOA pourrait
trouver comment contrôler ces phénomènes de réseaux cérébraux .

Après 800 heures de calcul l'Ordinateur cessa de vibrer. Cayse en
état de mort cérébrale n'était maintenu en vie que par les
procédures de réanimation du Superordinateur. Allison Parks lança
l'impressions des conclusions logiques :
******************************************************************************
*La répétition de l'information (déjà sue) dérègle les stimuli de
l'observation. Non seulement dans la mémoire (lumière intérieure)
mais d'abord dans le regard, car la vitesse de la lumière limite la
lecture de l'information.**Le moi n'est ni haïssable. Ni vénérable,
mais simplement considérable [digne de considération].***
Connaissez vous la sensation d'être en vie parce que vous
construisez votre propre histoire ?****Tous les symboles d'une
génération nouvelle - son sens du style, de l'échelle et de la
solidarité - sont les preuves de l'existence d'un terrorisme
naissant.*****Ulysse n'a jamais dit que le chant des Sirènes était
beau. Ulysse dit que ce chant "remplit le cœur du désir
d'écouter".******La nature est ce qu'elle est, et comme notre
intelligence, qui fait partie de la nature, est moins vaste qu'elle, il est
 douteux qu'aucune de nos idées actuelles soit assez large pour
l'embrasser.*******Des faces inconnues révèlent alors le monstrueux
dans le familier. C'est l'avantage de l'empreinte sur le prétendue
original, de la technique perverse sur la perception droite, de
l'inconscient sur la "réalité". ********Le compositeur comme prophète
reconnu, objet de pitié et d'étonnement dans son désert de
cacophonies. ********* Un monde qui soudain sonne de manière
étrange.********* Il n'y pas de différence organique entre un son
naturel et un son produit par l'homme ; à un stade primaire, tous
deux se situent sur un même plan perceptif. Dès lors, on peut
affirmer que la musique est en mesure non seulement d'imiter, mais
aussi de reproduire. ********* Explorer le seuil de reconnaissance****************